• Le Vendredi 30 avril 2010.

    Malgré tout, on débute toujours avec de la musique !

    Malgré tout, car le Pou Yaille Jeff, le FARANG-ISAN même s'il n'a pas donné de nouvelles, n'a pas été enlevé, pas expulsé car la cité de la peur est à Bangkok !

    L'ambassade de France s'y est mise en m'envoyant un mail (je ne dois pas être le seul d'ailleurs!) me donnant un numéro disponible 24/24 sur Bangkok et quelques numéros de référents consulaires disséminés un peu partout sur le territoire thaïlandais en cas où !

    C'est qu'ils nous feraient peur.... Si en plus, on ajoute les ministères des affaires étrangères du monde entier qui déconseillent à leurs ressortissants de se rendre en Thaïlande, si ce n'est pas de la psychose ? Je ne sais pas ce que c'est ?

    Certes, à Bangkok, c'est "la guerre" ! Et encore dans certains quartiers, sur une superficie plutôt restreinte d'ailleurs !

    L'armée et la police jouent au chat et à la souris avec les "Rouges" !

    Pas les cocos, non ! Ils ont été rayés de la carte politique thaïlandaise depuis bien longtemps, mais un groupe politique, important, dû à la couleur de leurs chemises, symbole de leur mouvement ! Enfin ils jouent, comme je le dit plus haut, mais tous les jours, il y a des morts et des blessés...

    De plus, les "Jaunes", ceux qui ont apportés le premier ministre actuel à la tête du gouvernement, ils soufflent sur les braises !

    Avec ça vous mettez désormais,"les Multicolores", citoyens de Bangkok, exaspérés par le blocage de la ville depuis presque deux mois, qui sont sortis très nombreux, manifester eux aussi ! Vous mettez une bonne dose de mauvaise foi des deux partis, qui lâchent du leste à tour de rôle et font perdre la face (et perdre la face ici, c'est terrible) aux autres par le refus systématique de toutes propositions raisonnables, un petit zeste de nonchalance de l'armée qui ne veut pas charger trop fort les Rouges, le chef en exil des rouges, Taksin Shinawatra, qui ne dit plus rien, eh bien on va dire, oui on peut le dire : c'est le Bordel !

    L'économie est à genoux, quasiment plus de touristes ! D'ailleurs ceux qui voudraient en savoir plus, voyez dans la rubrique "journaux thaïs" dans le bandeau ou attendez pour lire les articles que je publierais dans quelques jours (eh oui il y a presque une année désormais, qu'à Bangkok cela a déjà chauffé.).

    Donc "la cité de la peur", c'est Bangkok ? En plus hier le gouvernement thaï a dit que ce problème n'était qu'un problème inter-thaïlandais et que les étrangers quels qu'ils soient devaient se la fermer... Alors je la ferme juste un peu, enfin presque... Alors,"pendant ce temps là, à Pangkhan?"

    (référence au film culte "des nuls" des années 90 où deux fois dans le film "la cité de la peur",ils se demandent "et pendant ce temps là, à Vera Cruz?", certes cet article n'a rien à voir avec le sujet du film, où l'on voit dans la dernière scène, une femme retournant chez l'épicier et disant cette réplique culte en allant chercher un produit qu'elle avait oublié ! Hors sujet le Farang-ISAN, on le sait, il fait très chaud ; alors mollo sur la bière ; mais je m'égare)

    Eh bien, il ne se passe pas grand chose!comme à Vera Cruz. À Pangkhan, tout le monde a repris le travail, enfin on bricole, car le riz est moissonné, ils bricolent leur maison, attendent la pluie même si les orages ont débuté.

    Alors comme moi je ne travaille que du chapeau, je vais en profiter pour vous parler du très très... du magnifique village de Pangkhan ! Je vous montre une vue aérienne avec un petit plan du village pour nous situer dans cette pérégrination Banpangkhaise....

    Le plan n'est pas terrible, artisanal dirons nous, mais zoomez, ça fonctionne ? Non ! Alors voici le plan Google avec annotations :

    le plan du village et alentours

    On entre donc au village en arrivant de Sélaphum par l'école et tout de suite Oy et deux de ses sœurs sont là pour nous accueillir, car la grande sœur a sa maison juste à coté de l'école.

    Voici donc le bâtiment des grandes sections


    et le bâtiment des plus jeunes (5-6ans)


    En tout presque 190 élevés pour 14 profs, scolarisation jusqu’à 11-12ans (la rentrée, c'est pour dans trois jours) (ça va les classes, pas surchargées, cela devrait apprendre bien mais ça c'est une autre histoire).

    Le terrain de foot de l'école comme toutes les écoles thaïes et pourtant le foot ce n'est pas leur fort (mais c'est encore une autre histoire). En filant plein sud vers le temple, on passe devant l'épicerie de "Yaille Keaw"

    On y trouve les produits frais (viande, légumes, fruits, gâteaux frais et plats préparés) qui viennent tous les matins du grand marché de nuit de Sélaphum (voir l'article "les marchés, indispensables, incontournables en Thaïlande"). Il y en a une deuxième d'épicerie près du pont sur la Nam Chi Noï (Nam Chi Long) au nord du village... (la rivière près du pont).

    En septembre, c'est beau non ?

    Plus loin vers le temple, un petit "shop"de soupes et plats simples thaïlandais.

    On compte donc trois restos dont les deux plus grands sont sur la route principale. Au passage on remarquera le château d'eau, important pour le village...Oui, nous avons l'eau courante, pas 24/24 mais tout de même !

    Il y a à peine 30 ans, il n'y avait ni route,eau et électricité au village, pour aller à Selaphum c'était à dos de buffles (dixit ma femme)...

    On arrive enfin au temple, plein sud !

    Jolie non ?

    La retraite des moines (tout neuf le bâtiment) et puis ces petites tours le long du mur d'enceinte où reposent les reliques des morts, au calme dans le temple !

    En continuant vers l'est, en dehors du village, dans la forêt entre la rivière et le grand élevage de poissons, le temple des morts, en dehors du village pour que les esprits des morts ne viennent pas déranger les vivants !

    Encore un nouveau bâtiment pour les cérémonies des funérailles !

    Le crématorium...

    un petit autel pour se recueillir, pour méditer dans la forêt ! Ce temple est un lieu très serein (vous me direz : "les morts ne font pas de bruits") mais c'est vraiment un coin sympa où il fait frais et qui dégage quelque chose de vraiment très paisible où j'aime m'y rendre, il y a d'ailleurs de nombreux oiseaux et animaux de la foret...Un bel endroit !

    Sympa ce petit bassin dans ce temple de la forêt !

    Vous allez me dire, riches les temples pour un si petit village, mais Pangkhan à la chance d'avoir donné au temple de Bangkok, le Wat Po un jeune qui est d'ailleurs un cousin de Oy,

     BANGKOK, "la cité de la peur" et pendant ce temps là, à Pangkhan ! BANGKOK, "la cité de la peur" et pendant ce temps là, à Pangkhan !

     

     

    Il est devenu un des moines les plus importants du bouddhisme theravada thaïlandais et il est désormais le premier moine du temple d'inspiration thaïlandaise des États-Unis, à Fremont en Californie où il y a une très grande communauté thaï et comme il revient très souvent ici, il ramène de nombreux dons pour le temple mais aussi pour l'aménagement du village, pour le fonctionnement de l'école !

    Tant mieux et vive l'Amérique !

    En revenant vers le centre du village, on passera immanquablement devant les deux petits supermarchés, un se trouve en face du temple, c'est celui de "Yaille Ram" !


    et l'autre se trouve en face de chez nous (super non, pour la bière fraiche ?) celui de "Yaille Lam" Qui pose d'ailleurs devant la boutique,

    et là, on y trouve de tout, glaces, bières (bonheur de Jeff et ses potes), glaçons, chips en tous genres (bonheur des gamins pour 20 cts d'euros), bonbons, chambres à air, pneu, matériel électrique et de plomberie, médicaments, whisky, détergents, cigarettes, nouilles déshydratées, râteaux, alcool de riz, essence et huile pour moto en bouteille d'un litre (hic) et j'en passe et on compte d'ailleurs trois autres petites boutiques de ce style disséminées dans le village,  mais plus petites que les deux que vient de présenter !

    On a un réparateur de vélo, moto, soudeur à ses heures, trois couturières, deux distributeurs de gasoil et essence, un arrêt de bus et trois bus (des petits) tous les matins pour se rendre à Sélaphum avec retour avant midi (si on veut trainer ,faut se débrouiller pour rentrer), deux transports scolaires, une école maternelle pour le Tambon (sous-district) où Tangmoo fera sa première rentrée lundi prochain (là, on a une quarantaine d'élèves)


     

    Un dispensaire avec une infirmière diplômée, là tous les jours et assez compétentes et avec les médocs de premières nécessités...

    où le soir accompagnés de musique, sur le parvis, les anciens font de "l'exercice" (Ok' kham lang kai))

    On remarquera ma maman, la dame blonde lors d'un de ses séjours au village en compagnie de mon Papa. Depuis deux ans cela a tendance à s'estomper ces exercices en commun (TAKSIN LE CHEF DES ROUGES VOULAIT QUE LES THAÏS FASSENT DU SPORT), de toute manière, ce n'est vraiment pas dans leur nature,ils sont tous paysans et font tous une deuxième activité comme je l'ai décris (ah j'oubliais,ils ne sont pas mal doués dans le bâtiment même si la norme de construction est la leur) alors le sport pour le plaisir, c'est un peu un OVNI pour eux...

    Alors Pangkhan, le trou du cul du monde ? En fait même si la route qui passe devant le village s'arrête à la rivière Mae Nam Yang à dix kilomètres plein est, ici aussi la société de consommation est arrivée, tout le monde est équipé de moto et de plus en plus de voitures sillonnent les ruelles du village ! Ici aussi on trouve de tout (pas d’exagération tout de même, presque tout sans être exigeant) et l'on peut très bien ne pas bouger du village et je vous parlerais plus tard des marchands ambulants qui à longueur de jour passent et proposent de tout et cela terminera l'achalandage !

    Et puis si on trouve cela encore trop calme à 10 mètres de chez nous, le maire est équipé de haut-parleurs gigantesques et surement très nocifs pour nos petites oreilles

    (ajouté aux haut-parleurs des marchands ambulants, ça déménage des fois) car si le modernisme est là, de nombreuses personnes (les anciens particulièrement) ne savent ni lire et écrire alors comme avant avec les crieurs de villages en France, dès 5h30 le matin (pas tous les matins tout de même) on a le droit à l'information qui touche toutes et tous puisque tout le monde se lève à ce moment là... Pangkhan compte environ 1500 âmes et ressemble à de très nombreux villages de l'ISAN mais celui-ci c'est le mien, le notre, alors forcement le plus beau...Hé hé !

    (Pas chauvin le gars ! Mais comme le disent souvent les thaïs et non seulement les ISAN, leur village, "You Ban", c'est ce qu'il y a de plus beau).

    En espérant que cette petite visite guidée vous aura divertie ! (N'oubliez pas le guide !)

    Paille Kheundheu...

    On finit bien-sur en musique en espérant qu'elle atteigne les oreilles rouges des ISAN de Bangkok, cela adoucit les mœurs non?

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires