• La mort du p'tit cheval  ?Quelle bonheur de retrouver « mes rizières » ! Prendre mon vélo, partir tôt le matin pour manger du chemin, avaler du vert tendre, du vert vétiver, voire du vert dur comme une émeraude de première qualité ! Mon passage dans l'hexagone m'avait privé de ce simple bonheur journalier ! Même l'hiver dernier, j'avais relâché les pédales pour préférer une certaine nonchalance !

     

    La mort du p'tit cheval  ?

    La mort du p'tit cheval  ?

     

    Depuis quelques matins, ayant parcouru en étoile autour de Pangkhan toutes les rizières de proximité, fallait recommencer doucement, je remarquais déjà que la récolte du Khao Na Pang était terminé. Les moissonneuses à riz avaient fait le boulot et à La mort du p'tit cheval  ?peine la moisson terminée, on laissait quelques La mort du p'tit cheval  ?jours les canards itinérants faire le boulot de nettoyage des rizières ! On pouvait donc retourner la terre et préparer les nurseries à riz, petites pousses deviendront grandes et seront repiquées très prochainement dans l’immensité des rizières !

     

    La mort du p'tit cheval  ?

     

    Mais je divague, il y a de quoi devant cette immensité, et le propos de l'article n'est pas là ! Il n'est pas non plus question de ce qu'il a pu advenir de « Stewball », ben oui, celui de Hugues Auffray !

    [...]

    Lire la suite...


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires