• Au pays des khmers d'ISAN (1) !

    Nous étions donc repartis pour une nouvelle escapade, le temps d'un week-end ; décidément notre nouveau Toy nous donnait des ailes et contrariait notre état plutôt casanier ! En effet, si dans les premiers temps de mon installation en ISAN, j'avais tendance à faire des tours et des détours dans les recoins et petits coins du pays du sourire qui n'en manquent pas et qui est toujours prêt à vous offrir ce qu'il a de plus beau et de plus insolite, au fil des années, bien « installé» au village, même si tous les ans nous allions faire un tour en bord de merAu pays des khmers d'Isan ! passant par Bangkok pour des raisons surtout administratives puis par une transhumance annuelle en terre de France, nous avions la fâcheuse mais heureuse tendance à s’encroûter à Ban Pangkhan ! La décision était donc prise, depuis un bon moment, après notre première balade, plein nord de Pangkhan, du coté de Nongkhaï sur les rives du Mékong, juste en face de la capitale du Laos, Vientiane, nous décidions d'aller diamétralement à l'opposé, plein sud, au frontière du Cambodge, un peu plus de deux cents kilomètres de route pour rejoindre Ban Samut, dans le district de Prasat, à une encablure de Surin ; nous voulions voir des éléphants et le communs des mortels s'entend bien, sur une chose : « Si vous êtes en Thaïlande et que vous voulez voir des éléphants en grand nombre, si il y a bien un endroit où « la culture de l’éléphant » fait partie de la vie quotidienne, c'est à Surin qu'il faut être, c'est à Surin qu'il faut se rendre! »

    [...]

    Nous « enfourchions » donc notre Toy et traversionsAu pays des khmers d'Isan ! des paysages de rizières en pleine crise de croissance, la couleur verte étant Au pays des khmers d'Isan !tendance en ces temps de mousson, une route plutôt belle, même si elle se trouverait réellement encombrée de camions en tous genres, pour la plupart arrivant du Laos, de Mukdahan, où le Mékong se laisse traverser par un pont, puis transitant par Yasothon puis Surin et Buriram, devant sûrement rejoindre le port de Siracha sur le golf du Siam, stationné entre Bangkok et la tumultueuse Pattaya...

     

    Au pays des khmers d'Isan !

     

    Nous arrivions tout de même à Ban Samut après trois heures de route. Vous allez peut-être me dire : « Mais pourquoi Ban Samut et non Ban Trucmuche voire la ville de Surin ? ». C'est que nous avions un plan, une adresse, le Ban Naa Cottages.

                   Au pays des khmers d'Isan !

     

     Au pays des khmers d'Isan !

     

     

    Au pays des khmers d'Isan !

    Une adresse qui courrait sur le net mais surtout des bungalows dont certains amis m'avaient vantés l'accueil...On pouvait vous organiser des balades à dos d'éléphant, en foret, un peu confidentiel et surtout on montait à cru, tel le cornac ou le mahout comme on appelle celui qui toute sa vie va la passer avec son éléphant, du dressage, voire de la capture, jusqu'à la retraite du pachyderme...

    Vous n'étiez pas très loin, non plus, des temples khmers, pas ceux de Angkor certes, mais ceux, qui à l'approche de Buriram sont les mieux conservés et sans conteste les plus beaux de la région ! Pat et Alban vous accueilleraient donc dans de petits bungalows au bord d'une piscine, vous concoctant des petits plats et pouvant vous faire profiter de leur expérience, sans compter !

    Je voudrais juste vous dire pour ceux qui voudraient découvrir l'ISAN des frontières cambodgiennes, le Ban Naa Cottages est une entrée idéale pour le novice de cette région, car s'il est facile de se rendre à Phuket ou au nord, à Chiang Maï par exemple, se rendre en ISAN, au sein d'un village, demande soit de l'audace ou une adresse comme celle-ci pour savoir où atterrir ! L'ISAN, on le traverse comme la plupart des touristes, transitant du Laos, vers la capitale Bangkok, ou alors si l'on s'y arrête, c'est dans la plupart des cas dans de grandes villes telles, Udon, Ubon, Korat ou autres ! Je finirai ce « petit encart publicitaire » en vous fournissant le lien de cette bonne adresse !

    Ban Naa Cottages, le lien !

    Nous arrivions donc et commencions à organiser notre week-end, tentant de prendre rendez-vous avec nos éléphants, campement se trouvant dans le district de Tha Tum, entre Roï-Et et Surin...Mais la semaine dernière avait lieu dans la ville des éléphants, une cérémonie spéciale liée au Khao Pensa, l'entrée du carême bouddhique...Tous les pachydermes étaient Au pays des khmers d'Isan !réquisitionnés pour cette parade où Yingluck Shinawatra, première ministre thaïlandaise, devait remettre aux futurs moines préparant leur retraite de trois mois, leur robe safran, chacun des moines, perché sur un éléphant pour recevoir ce don ! Si Surin est la capitale des éléphants où a lieu tous les ans durant le troisième week-end de novembre, le grand festival des éléphants, nous ne pouvions donc pas faire notre balade ! Tangmoo fut déçu, mais je me disais, peut-être pourrions nous nous arrêter à Ban Ta Klang, pas très loin de Suwannaphum, village où les habitants vivent avec leurs éléphants, comme dans d'autres villages, les paysans vivent avec leurs poules et poulets, voire leurs cochons stationnant sous leurs maisons d'habitation perchées sur pilotis...Eh bien non ! Rien, pas d'éléphants disponibles, même pour les entrevoir de façon confidentielle...Pas de chance, nous nous étions trompés de week-end... Heureusement, lors de notre retour précipité, du à la perte d'un aïeul de la famille, en traversant Surin nous verrions des éléphants, certains dans des camions, d'autres, marchant tranquillement sur le bord de la route pour se rendre vers leur destination finale ! Ouf, nous avions sauvés l'essentiel...

    Tangmoo avait entrevu les « néléfants ».

    Au pays des khmers d'Isan !« Et les temples, alors ? » Me direz-vous ! Notre retour rapide au village, le dimanche matin, nous empêcha de les visiter ! « Mais le samedi, si vous n'aviez pas pu faire votre tour d'éléphant, vous pouviez vous rendre sur « les châteaux khmers », ils n'étaient pas, eux aussi, réquisitionnés pour la fêtes de Surin ? ». Bien-sur, onAu pays des khmers d'Isan ! a rarement vu des temples se déplacer sur les routes à part peut-être en Espagne quoique par là bas ce sont plutôt des moulins, mais notre hôte, Alban, passionné par les coqs de combats nous emmènerait dans l’arène, passer la journée en compagnie des aficionados de « ce sport », lui-même, venant avec deux de ses coqs pour participer à ces combats...

    Quand la passion est là, quand on aime, on ne compte pas ! La maison de nos hôtes, reconvertis en grande nurserie de coqs :

    Au pays des khmers d'Isan !Au pays des khmers d'Isan !

    Au pays des khmers d'Isan ! Au pays des khmers d'Isan ! Au pays des khmers d'Isan ! Au pays des khmers d'Isan !

     

     

    Mais c'est une autre histoire, qui mérite un article à elle seule !

    En attendant de vous immerger avec moi, pour une journée en compagnie des coqs et de leurs propriétaires, article à paraître la semaine prochaine, nous revenions au village pour des funérailles mais nous avions déjà prévu de retourner à Ban Samut dans une quinzaine de jours, voir les temples khmers et nos amis les éléphants, persévérant nous étions, on allait pas nous la faire deux fois, du moins je l'espère !

    Nous n'avions donc rien fait de ce qui était prévu, mais nous avions rencontré des gens charmants, et Tangmoo avait une nouvelle copine, la fille de nos hôtes avec qui, il passa du bon temps ce  qui mit les pachydermes au second rang de ses préoccupations !

    Paille Kheundheu !

    Ps : Et dire que nous aurions pu être là, le lundi, à Surin !  Cliquez sur la photo pour l'accès à l'article.

    Comme quoi, les éléphants, il ne faut pas leur prendre le chou !

     

    « La splendeur de la rizière !Au pays des khmers d'ISAN (2). Les coqs de combat ! »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    beurtheret
    Samedi 4 Août 2012 à 14:02

    la page du samedi est toujours tnteressante. vivement samedi prochain/.les  n'elephznts de tangmooserons bientot sur les futurs dessins.mamie et papy te remercie beaucoup pour ceux recus ce jour.bisous a vous 4

    2
    Dimanche 5 Août 2012 à 03:47

    ...    

    À samedi prochain... Bises !

    3
    Chris999
    Dimanche 5 Août 2012 à 11:52

    Yingluck Shinavvatra, la première ministre du gouvernement thaïlandais, en visite effectivement dans la région de Surin s'est rendue également à l'atelier royal de confection de la soie où d'ailleurs Bill Gates fait partie de la clientèle renommée.

    Alban du Ban Naa Cottages y a ses entrées !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    4
    Dimanche 5 Août 2012 à 16:45

    Merci pour le renseignement, Chriss ; une autre "attraction" pour agrémenter un séjour aux alentours de Surin !

     

    5
    hugues
    Samedi 18 Août 2012 à 17:30

    oho j'ai, je le crois, dégusté quelques singha au ban naa cottage, j'avais trouvé cet endroit très sympa, si je ne me trompe pas le resort est tenu par un français qui vient de martigues mais qui est en thailande depuis de nombreuses années, je m'y arrête tous les ans en allant au grand marché dont j'ai oublié le nom à la frontière cambodgienne.

    6
    Dimanche 19 Août 2012 à 03:43

    Bingo Hugues !

    7
    Chris999
    Dimanche 19 Août 2012 à 14:06

    @ Hugues,  un ancien locataire à l'année du Ban Naa Cottages m'y avait emmené en 2010 dans son 4x4. Ce marché se situe à une trentaine de kilomètres. Il a pour nom Chong Chom ( ou Jom suivant les différentes écritures ). A proximité d'un poste frontalier isolé : Kap Choeng-Chom Som, un point d'entrée au Cambodge. Pour rejoindre Siem Rep ( ou Reap ) depuis le Sud de la Thaïlande. Au pays des Khmers d'ISAN.

    Attention selon des informations recueillies via internet, le resort serait en travaux actuellement ! En attendant le prochain Festival des Eléphants à Surin  du 14 au 25 novembre 2012. Avec pour point d'orgue, le roundtrip du samedi 17 au dimanche 18.

    8
    Chris999
    Lundi 20 Août 2012 à 10:28

    Vous aurez corrigé par vous-mêmes. Le poste frontalier est au Sud de l'I-SAN et non de la Thaïlande.

    9
    Lundi 20 Août 2012 à 11:05

    Chriss !

    10
    hugues
    Lundi 20 Août 2012 à 11:24

    merci chris; KAP CHOENG oui c'est le nom qui m'avait échappé. Je crois que je n'avais (à part jatujak à Bangkok) jamais vu un aussi grand temple de la contrefaçon.

    11
    Chris999
    Jeudi 23 Août 2012 à 01:24

    Quand je parle de poste frontalier "isolé" c'est qu'il s'agit d'un passage en douane méconnu des guides (bouquins) touristiques. Soyez sans crainte les douaniers sont là !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :