• Et si nous sauvions le Gecko Thaï, "le TOOKEY" ! Sauverions nous l'humanité ?

    le Vendredi 08 octobre 2010.

    Ce matin, après avoir été à Amnat Charoen, province voisine de Pangkhan, remplir mes obligations d’étranger résidant sur le sol thaïlandais, c'est-à-dire pointer tous les trois mois à l'office de l'immigration, pour confirmer son lieu de résidence(on peut le faire par la poste désormais, ce qui assouplit la démarche administrative)

    pour situer Amnat,le plan

    Toute la petite famille (car cela fait partie des sorties familiales) s’arrêta au centre commercial, le BIG C de Yasothon !

                                                

     

     

    A Amnat, un autre grand hypermarché BIG C ouvrira seulement le mois prochain !

    Alors, contraints, nous sommes allés à celui de Yaso, pour déjeuner au « food center » où juste à coté, de nombreux jeux électroniques sont à la merci des porte-monnaies des parents !

    Un petit mot sur les « food center ».


    Vous en trouverez dans chaque centre commerciale, il consiste en une grande cantine où tout autour de nombreux petits restaurants vous proposent à des prix très raisonnables (25 à 40 baths l'assiette-0,60 a 1 euro) les plats thaïlandais les plus connus, mais aussi coréens voir malais même chinois,


    tous servis à la minute car quand un thaï a faim, il faut le servir immédiatement sous peine de le voir et même si c'est très rare, de très mauvaise humeur.

    La formule est d'autant plus facile que vous achetez des coupons une bonne fois pour toute puis pour commander vous donnez l'équivalant du prix du plat que vous désirez avec de la monnaie de singe, ce qui rend la dépense psychologiquement plus facile, ah ils sont forts tout de même !

    Donc, nous avons mangé, Tangmoo avec sa soeur ont joué à leurs jeux préférés, puis nous avons fait un petit tour de galerie avec ses inévitables magasins de chaines internationales, mais il y avait un petit stand au milieu du corridor où la foule se bousculait.

    En s'approchant, un vivarium avec des geckos, un thaï-chinois assis à une petite table où trônait une caissette remplit d’argent. Avant de me faire expliquer ce qu'il y avait écrit sur les panonceaux du stand, je vais vous présenter

    LE GECKO !


    En thaï (nom d'origine malaise), on l'appelle le Tookey ( prononcer TOU-KEEYYY) à cause de son cri que l'on peut entendre un peu partout dans la campagne issanaise,

    tookeeyy-tookeeyy-tookeeyy-tookeeyy-tookeeyy-tookeeyy-tookeeyy-tookeeyy-tookeeyy !

    9 fois ,c'est rare, mais si vous entendez ce cri et comptez après avoir formulé un vœu, il se réalisera, 7 fois de suite c'est plus commun, il aura de grande chance de se réaliser, en dessous, oubliez !

    Ma première rencontre avec un tookey fut il y a douze ans, à la ferme à deux kilomètres de la maison. À l’époque lors de mes séjours en ISAN, je restais à la ferme, et une nuit sortant de la moustiquaire, je m'aventurais dans le noir pour uriner et au moment de rentrer dans ce qu'ils appelaient WC, je marchais dans quelque chose de mou mais comme rien  se passant particulièrement, je revenais me coucher et au petit matin, je me levais et retournais pisser (qu'est ce qu'il urine le farang-ISAN mais la bière c'est pas...) et je vis à terre avec la marque de mon talon imprimer dans son corps mon premier tokey, celui-ci avait des points bleu-verts sur la peau et faisait 30 bons centimètres, le croyant mort vu mon poids, je donnais un petit coup de pied dedans, pas trop rassuré et comme par enchantement et après un sursaut de ma part, il regonfla et partit très très vite, la rencontre fut donc ,on peut le dire,brève mais très intime.


    Les thaïs m'ont dit que j'avais eu de la chance car le gecko-tockey mord très fort et est assez agressif ? Moi je n'ai pas trouvé, c'est plutôt moins qui ait été plutôt violent ! Non ?

    Pourtant ma vrai rencontre avec le tookey fut quelques mois avant la naissance de Tangmoo, il y a six ans environ, il y en avait un qui avait trouvé refuge dans mon salon, il y est resté deux ans, presque trois, derrière un grand buffet où il avait collé au mur une grappe d’œufs (un peu comme une grappe de raisins), à l'abri de tous,  mais surtout de prédateurs éventuels !

    Lorsqu'il sortait de derrière le buffet, il se cachait derrière la photo du défunt père de ma femme si on l'approchait trop près. J'avais alors dit en plaisantant que le Tookey était la réincarnation du père et qu'il venait voir comment ça se passait dans sa maison, bien-sur Oy y a cru ou peut-être a bien voulu y croire, mais une chose est sure, on ne plaisante pas avec les revenants par chez nous !

    Il était massif, plus de 30 centimètres avec la queue, sa peau de reptile ornée de points rouges celui-la, je l'ai même vu venir juste au dessus de mon canapé où m'endormant involontairement, à mon réveil, je le surprenais me fixant avec ses yeux de serpent, m'observant,la tête en bas, car le tookey grâce à ses lamelles sous les pattes se tient sur n'importe quelle surface à l'endroit, l'envers, à la verticale, tel un animal ventouse ; un vrai équilibriste le tookey !

    Il était devenu un drôle animal de compagnie mais je m'y étais habitué...

    En partant en terre de France pour la naissance de Tangmoo, la consigne avait été de toujours maintenir au moins une fenêtre ouverte, pour le laisser partir s'il le voulait, chasser des insectes s'il venait à en manquer et puis surtout laisser sortir les bébés tookeys lorsqu'ils seraient sortis de l’œuf.

    Après presque une année d'escapade française, à notre retour avec le fiston qui n'avait alors que quatre mois, il était parti !

    Mais juste derrière la maison vers la cuisine extérieur, il n’était plus seul, de nombreux petits tookeys étaient là et il avait à nouveau pondu derrière l'armoire de la grand-mère qui habitait dans une petite pièce annexe ! Avait-il besoin de compagnie humaine pour vivre ? Je ne saurais répondre, mais vous me croirez ou non mais dès mon retour, j'ai eu le droit à une fête (j'y ai cru!), eh oui...9 fois "tookey" et pas qu'une fois.

    La maison enfin du moins l’arrière de la maison était devenu l'annexe d'une colonie de geckos qui allait encore augmenter avec les nouvelles grappes d’œufs disséminées un peu partout...

    Après quatre mois au village, on a du repartir encore en France pour 8 mois et à notre retour définitif, il n'y avait plus un tookey, disparus, volatilisés, même plus la mère,plus un jeune....

    Ma femme en conclut que son père avait mieux à faire... Moi j'avais déjà ma p'tite idée sur cette disparition !

    Depuis, les tookeys du village, dans deux arbres près de la maison ont disparu aussi.

    Avant comme les oiseaux et toutes sortes d'animaux et insectes,ils vivaient dans la foret, mais les thaïs, ils ont fait fort, entre 1950 où la foret primaire occupait 80% du territoire, aujourd'hui elle n'occupe plus qu'à peine 10 % de le superficie.

    Remarquez sur la photo satellite


    Les pays limitrophes de la Thaïlande sont couvert de foret, l'ISAN et la plaine central,plus rien (si des rizières ) et au sud si l'on voit comme une foret ce n'est qu’hévéas et palmiers à huile !

    Le riz y est aussi pour beaucoup (la Thaïlande est le premier exportateur de riz au monde), mais la surexploitation du tek aussi, même si il y a un moratoire depuis le début des années 80, aujourd’hui on plante des forets de tek mais pour son exploitation unique sans biodiversité, on plante des forets d’hévéa partout sur les territoires où le riz ne pousse pas et on défriche la jungle peut-être non endémique mais on déracine pour enraciner des arbres qui rapportent, ici en Isan, l’eucalyptus est roi (pour le charbon de bois et la pâte à papier) mais où l'eucalyptus pousse, plus rien d'autres ne pousse ! Tout cela pour vous dire que toutes les bestioles de la foret viennent dans les villages où les haies, arbustes,et arbres persistent et peuvent leur offrir un lieu de vie... Si on rajoute l'engouement des thaïs pour les insectes, leur disparition fait que de nombreuses espèces n'ont plus rien à manger, les oiseaux fuient ,les tookeys finissent dans les villages...

    Mais depuis deux ou trois ans, on les chasse aussi et on en revient donc au stand du BIG C ! Le chinois-thaïs achetait des tookeys vivants, femelles de l'espèce ci-dessous présentée, il pouvait en offrir jusqu'à 10 000 baths la bête, si si, 10 000 baths(250 euros !), une fortune les autres plus gros ou les mâls les rachetant à moindre coût !

    Voici donc les raisons de la lente disparition des tookeys dans les parages...


    Tout ça pour faire un médicament, réduit en une poudre après séchage, il va être prescrit dans la médecine traditionnelle chinoise pour des problèmes d’érections (tiens tiens, étonnant non ?), voire de diabète(comme s'ils n'avaient pas assez des cornes de rhinocéros, des ailerons de requins,etc..)

    Donc, il n'y aura bientôt plus de tookeys, les oiseaux,envolés, les insectes, moribonds, même les crabes de rizières se réfugient au village, dans ma maison !


    Ils étaient de la foret, les crabes, ils sont devenus des rizières et les ISAN les mangent en les préparant dans une saumure pour leur préparation de Salade de papaye verte (le Somtam, le tham ma khou , le pokpok)ou bien ils disparaissent écrabouillés sur les routes de campagnes lorsqu'ils les traversent...Ou les pesticides des rizières s'en occupent ! Il y a cinq ans tous les matins, j'en voyais des centaines, mais il y a cinq ans, il y avait aussi trois fois moins de voitures, désormais il n'en reste qu'un tout petit nombre.

    AVANT.


    APRÈS.


    Mais un crabe à la maison, y a pas à dire, ce n'est pas comme un tookey, c'est moins attachant (enfin ça dépend s'il vous crochète ah ah !) enfin tout ça pour vous dire que la disparition des espèces animales annonce la future disparition d'une autre espèce...L'HOMME !

    Peut-on en vouloir à ces gens des forets qui lentement mais insidieusement sont devenus des hommes des rizières, ainsi que citadins ouvriers, filles de bar malgré eux pour rembourser des dettes qu'on leur a obligé à contracter, pour aller vers une monoculture de riz, de l’extrême pauvreté on les a gardé suffisamment pauvre pour leur prendre petit à petit leur terre, hypothéquant leurs avoirs, puis leur jeunesse qui peuple désormais Bangkok.

    Ces dernières années, ça s’accélère avec la mécanisation à outrance, pour plus de rendements donc plus de dettes et un appauvrissement inéluctable au profit des prêteurs sur gages ; des vendeurs de semences, de tracteurs...etc !

    Une oligarchie sino-thaïe, principalement de Bangkok, qui tient désormais 80% des richesses du pays (mais nous en reparlerons).

    Lorsque l'on voit que même les bigorneaux de rizières (j'en parlais dans un article précédent) se suicident, c'est un signe...

    En fait, cet escargot se nomme "l'escargot de la Plata" originaire d'Argentine, importé auparavant pour peupler les rizières et nourrir les hommes mais on s'est vite rendu compte de l'aspect nocif de cet animal, destruction des rizières, et cerises sur le gâteau, les thaïs n'aiment pas (enfin, pas vraiment) et ont du mal a s'en débarrasser désormais...Encore une connerie humaine...

    Alors n'oublions pas, SAUVONS LES GECKOS, ce sera désormais ma croisade, mon combat,mon cheval de bataille (pas de demi-mesure le farang ISAN , n'est-ce pas ?)

    Ici pas de revendication sur les retraites, pour la plupart des thaïs, les pensions de retraite, c'est de la science fiction !

    C'est aussi les vacances scolaires et on part à la mer (encore !), toute la famille,  pour sauver les requins ? Eh, pourquoi pas ? Tant qu'on y est !

    Nous finirons par l’actualité du village !

    C'est calme, on a juste eu le droit au départ du directeur de l’école, Mister Pat qui est muté pas très loin d'ici et du coup on a réussi à faire une bonne fête, dès 6h00 du mat'!


    La mode du Houla houp est revenue ou arrivée dans les écoles thaïlandaises !


    Il paraît que c'est bien comme exercices physiques pour lutter contre l'embonpoint des jeunes,(a moins que le ministre de l’éducation détiennent des actions dans les compagnies qui fabriquent les cerceaux,et cela ne m’étonnerait pas du tout !)

    et du coup Tangmoo "houlahouppe" à fond !


    Eh, ça s'passe comme ça à Pangkhan !

    Et n'oubliez pas, si vous croisez un Tookey, c'est une espèce rare, du moins qui le deviendra et qu'il faut donc bichonner !

    PAILLE KHEUNDHEU...

    « Un Bangkok très touristique, 5 spots inévitables et incontournables ?Au bord de la mer ! Tropiques amères ! »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    JD
    Lundi 3 Septembre 2012 à 16:27

    Mille fois BRAVO!!! et stp passes me voir quand tu vas a la mer (j'ai des crocs pour toi)

     

    2
    Lundi 3 Septembre 2012 à 17:48

    J'y compte bien !
    Jeff des rizières vers la plage...

    3
    JD
    Mardi 4 Septembre 2012 à 06:02

    A propos des Tuckay http://fr.wikipedia.org/wiki/Gekko_gecko 

    C'est le male qui fait ce bruit pour attirer la femelle (pas forcement quand il est derange comme le dit l'article)

    Gecko - gekko gecko - tukay (Thailande) - kapkay (Isan) - les francais disent jecko - geckonidea (scientific).... Et j'ai aussi entendu Fuckay parce si on ecoute bien, il fait "fuck you!" et en fait c'est vrai!!! chaque fois qu'on l'entends, il dit les mots qu'on imagine!!! 

    4
    Mardi 4 Septembre 2012 à 07:36

    Le cri de l'amour !

    5
    Samedi 5 Avril 2014 à 11:11

    Sauvons les Geckos Asthmatiques !  Ça se passe ici : https://www.facebook.com/sauvonslesgeckosasthmatiques

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :