• Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?Nous étions donc arrivés à bon port, à Hua Hin ! De la terrasse sur pilotis de la guest-house où nous avons nos habitudes, la Bird, au lever du jour, le soleil perçait les nuages à l'horizon, matin calme, serein, pas un bruit, la marée descendante avait ramené à temps les petits bateaux de pêche d'une nuit fructueuse ; crevettes, crabes et quelques poissons sortis des filets ou des nasses avaient déjà trouvé preneurs ! Nous étions déjà le week-end et des photographes en herbe demandaient la pause aux pêcheurs, un bonze passa par la plage et quelques dévots acquirent des mérites...Des matins comme je les aime, des matins même en rentrant d'une nuit agitée que je ne voudrai rater en aucun cas !

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    [...]

    Ma carte de Hua Hin, bons plans etcétéra...

     

    Notre séjour allait bien-sur passer par des journées à la plage...

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ? Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    Décidément, la plage principale de Hua Hin se trouvait être toujours sale voire de plus en plus souillée au fil des ans...Les déchets le long du rivage, la couleur de l'eau plutôt douteuse et puis les méduses toujours aussi nombreuses nous feront changer de plage dès le deuxième jour. On irait à Khao Takiap. Derrière le temple sur la colline, une petite baie s'offrait à nous, quelques kilomètres de plage de sable blanc, mer limpide, petit port de pêche, quelques échoppes où l'on servait des fruits de mer et poissons à des prix raisonnables, alors que sur la plage de Hua Hin l'addition peut s’avérer plutôt salée. Nous étions avec notre TOY, alors pour s'y rendre tous les jours, le scénario était parfait ! Idyllique vous me direz, mais c'était du domaine du rêve ! En effet sur cette plage, les scooters des mers étaient légions, alors que sur la plage de Hua Hin, ils sont prohibés, demeure royale à proximité oblige ; cela a du bon d'être roi ! Heureusement, la plupart du temps, les futurs amateurs de jet-skis se font rares ce qui donne à l'endroit un semblant « d’authenticité »( même si elle est toute relative), le va et vient des petits canots partant en mer, quelques pêcheurs au harpon, des familles, la bonne ambiance, les vacances tout simplement !

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    Il n'était pas sans compter sur une nouvelle forme de tourisme qui se développe en Thaïlande, je ne parle pas du tourisme de masse qui lui est définitivement là, mais je vais vous parler des nouveaux touristes que le pays du sourire voit arriver de plus en plus nombreux ! Les voisins asiatiques ! Je remarquais l'année dernière leur arrivée déjà conséquente mais cette année ils étaient encore plus nombreux ; des chinois en grand groupe, des japonais mais eux voyages en Thaïlande plutôt genre farang, c'est-à-dire en individuel voire en petits groupes mais ce n'était pas sans oublier les coréens...Ils viennent en petits groupes, très rapidement, se déplaçant à la vitesse des fourmis fuyant le tamanoir, ils ne restent que très peu de temps sur l'endroit, les guides à pleine coque (et je n'ai pas dit à pleine coke, quoique vu l'excitation qui les anime) les motivent, les poussent, balades à cheval, tour de jet-ski, grands cris qu'apporte l'émotion de monter sur un cheval ou de se faire tirer par un scooter des mers à peine cinq minutes, à califourchon sur une banane gonflable pour se faire désarçonner au premier virage au cordeau...Les minibus s’enchaînent, les tables des restaurants se renouvellent à vitesse grand V, avec plats formatés et boissons vite englouties ! Les « cow-boys » et les pilotes de ces engins qui émettent des bruits assourdissants, des sortes de petits « Bizzz... »désagréables comme des millions d'abeilles survolant la plage, tous, tous ces prestataires de services sont aux anges et je ne parle pas des restaurateurs ! Un défilé à l'arraché, espacé en moins de trois heures...Tous se frottent les mains ! Les autorités thaïlandaises du tourisme espèrent doubler le nombre des visiteurs asiatiques au pays en mois de deux ans...Même les farangs se font discrets désormais !

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    En se rendant à la plage, Ma Dame OY, me disait aussi : « tu te souviens ? Lorsque l'on se rendait à la plage avant avant, dès la sortie de Hua Hin, ce n'était que friche et bandes de terres vierges ! ». Depuis, tout du long de la route, à gauche de celle-ci longeant les plages, ce n'est que construction, d’hôtels de luxe, aux enseignes les plus connus, Hyatt, Sheraton, Marriot, et j'en passe même un IBIS, se retrouve à l'entrée de Khao Takiap...Entre les grandes enseignes, des lotissements de luxe pour touristes nordiques principalement, fuyant la calotte glacière, les nuits polaires sans fin pour se dorer la pilule sous le soleil de Hua Hin et y accumuler des calories garantis ! À droite de la route, le long des soï, s'entremêlent résidences pour étrangers, grands magasins de la grande consommation...Si vous passez à midi dans la rue de Khao Takiap, vous tomberez sur des centaines d'ouvriers du bâtiment allant se restaurer, ils s’attellent à la construction de milliers de logements par petites unités de cinq étages, dédiées à de futures villégiatures hivernales dans la chaleur des tropiques ; d'ailleurs l'hypercentre de Hua Hin où auparavant on remarquait plutôt des magasins d'optique, des tailleurs de costumes d'origines népalaises, des échoppes diverses, traditionnelles aussi, désormais, on se croirait presque dans un centre ville en France, avec ses banques et bureaux de change et à coté des agences immobilières et encore des agences immobilières...OK OK, j'exagère, mais j'aime ça, heureusement, ce n'est pas que cela et puis on connaît le coté éphémère des commerces en Thaïlande, l'année prochaine on trouvera peut-être que des magasins de chaussures ou des fast food ? Qui sait ? D'ailleurs, puisque nous sommes revenus dans le centre ville, au milieu des bars, dans le carré du « petit Pattaya » de Hua Hin, on trouvera un nombre incalculable de salons de massage, même dans les ruelles où les locaux résidaient et travaillaient au bon fonctionnement d'une station balnéaire, ateliers de couture, de lavage et repassage de fringues, confection des petits plats pour les futurs marchands ambulants, désormais, on entend plutôt : «  Hello dearling, you want massage ? », ce qui est une façon normale d'appeler le chaland dans un salon de massage, n'est-ce pas ? Mais, venez faire un tour à Roi Et et vous verrez aussi que les salons de massage se sont multipliés...

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    Pour couronner le tout, la Thaïlande sort de ses usines désormais des dizaines de milliers de voitures et tous ceux qui ont le droit de les conduire veulent se rendre à la plage et j'en fais parti. Lorsqu'ils débarquent, ils veulent être au plus près de la plage pour se garer, heureusement d'ailleurs que les plages sont interdites aux bagnoles, sinon les voitures seraient garées le long des parasols convoités par leurs conducteurs ! Allez à Cha Am le dimanche, Bangkok débarque, je n'y avais pas mis les pieds depuis dix ans, eh bien, sur des kilomètres, des rangées de parasols et restaurants avec ses alignements discontinus de voitures sont désormais là pour vous accueillir ! Allez la semaine et vous serez peinards, profitant d'une magnifique plage de sable fin !

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    On pourra aussi noter que le long des 25 kilomètres séparant Cha Am de Hua Hin, on y voyait, il y a à peine trois ans quelques tours condominium plus ou moins abandonnées depuis la crise de 1997, une lagune sauvage défilait le long du paysage, eh bien désormais, tout le long de la route, s'égrainent un nouveau type de condominium, « le condominium à plat », de gigantesques résidences hôtelières en construction proposant des villas de luxe, les tours, anciennement verrues mal entretenues dégradant l'horizon sont réhabilitées, une se targue même de l'enseigne Novotel...

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    Autour de Hua Hin, on pourra donc le dire, le BOOM économique touristique est bien là !

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    Et moi dans tout ça, non je n'ai pas acheté une villa ou un appartement en copropriété (faut pas déconner tout de même), mais je suis venu pour la première fois en bagnole, il n'y a pas de raison, je fais pareil que les thaïs, tiens d'ailleurs c'est une chose à rajouter dans le listing que certains s'amusent à faire sur ce qu'est « un farang intégré » ! Je suis donc au volant de mon gros pick-up et je vais me garer coûte que coûte sur le petit parking du temple chinois sous le Hilton, près de la Bird, revenant tous les soirs de Khao Takiap, alors je m'introduisais au millimètre, entre motos mal garées et restos dont leurs tables de terrasse sur rue débordaient largement de leurs droits de place, pour venir m'engluer sur ce minuscule parking où à peine dix « chars » peuvent se garer. Je devais attendre au volant, une place se libérant, esclave de ma bagnole, le petit gardien de parking devenu un ado confirmé, toujours aussi sympathique et nourri de beaucoup d'humour (tous me disent qu'il est « neuneu », mais je crois bien qu'il est bien plus intelligent que certains), il me promettait donc une petite place de parking incessamment sous peu...D'ailleurs, afin d'arriver jusqu'au « bord bord » de mer, il aura fallu passer les deux feux de la routes principales de Hua Hin où l'expression « rot tit »(voitures collées), ce qui est la traduction de « embouteillages »prend tout son effet ! Et heureusement, c'était les vacances, pas de sortie d'écoles, juste le samedi ou le dimanche où les monstrueux embouteillages de la capitale thaïlandaise n'ont qu'à bien se tenir ! Mais Ma Dame Oy me disait : « Mais si , vas-y, il y a de la place », les patronnes de la guest-house me répétaient la même rengaine, alors j'y allais, en fait comme les thaïs, sans énervement, tranquille jusqu'au bout, quitte à tourner virer pendant des heures ! Ah Ah, les vacances, ça change des rizières !

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    C'est alors que vous allez me dire : « Il est maso le farang-ISAN, pourquoi retourner à Hua Hin, si c'est si « affreux » que ça » ?

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    Pourquoi ne pas aller un peu plus au sud vers les plages désertes de Bang Saphan, Ban Krut, voire pousser jusqu'à Chumphon ?

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    Oui, pourquoi toujours se rendre à Hua Hin puis se plaindre du bruit, du monde, des voitures, de la pollution, des eaux sales et des constructions à foison, certes râler c'est français, c'est vrai, mais je ne râle pas, je constate, je décris une évolution de cette station balnéaire qui à presque cent ans de vie, alors qu'est-ce que doivent dire les gens de la cour du roi de Thaïlande qui étaient les seuls privilégiés à pouvoir se pavaner sur les plages de cette ville il y a peu !

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    Jamais ma petite famille voudrait aller au milieu de nulle part pour les vacances, moi j'aimerais bien mais juste pour une journée d'excursion, nous avons suffisamment de nos rizières calmes et sereines tout au long de l'année !

    Alors on cherche le bruit, la foule, l'animation des rues, le marché local, le soir avec ses marchés de nuits, dont le dernier en date, très thaï, « le grand'market » et tout au long de la nuit, la fête, les bars, oui bien sur, y'a pas de raison, les boites de nuit débordantes de jeunes qui se saoulent et rient jusqu'au bout de la nuit, des gens d'ISAN en goguettes, petites mains des restaurants de fruits de mer, restaurant dont le le fameux Chao Lay qui sied sur le front de mer, y accueille des milliers de clients tous les soirs, des chinois et des coréens qui mangent bruyamment, des thaïs qui les regardent bizarrement, peut-être encore plus énigmatiquement qu'ils regardaient les farangs jadis lorsque les farangs étaient encore nombreux à occuper le terrain.

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ? Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

    On vient bien-sur pour la plage, même douteuses pour certaines, elles sont agréables, on vient faire des offrandes au temples, certains cachés dans une colline, animiste, là aussi, Tara protectrice des pêcheurs, on vient y demander paix et joies sur terre !

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    On vient aussi visiter la famille, eh oui la grande sœur de Oy vit désormais là avec Ta Boo, mon beauf suédois, personnage éclatant et étonnant ; on vient retrouver de vieilles connaissances, presque 15 ans que j'y met mes tongs dans le sable tout de même ! Je pense à Luciano, toujours là, propriétaire d'un restaurant digne d'une cuisine « A LA MAMA », il s'est extirpé du centre pour aller vers « l'arrière pays », sa trattoria est toujours aussi conviviale et son humour est toujours un plaisir à partager !

     

    Hua Hin, Thailande ! Au pays du matin calme ?

     

    On vient pour la Bird, guest-house où les patronnes sont toujours aussi cools, on peux y faire notre cuisine, ma liberté, notre liberté, elle est là, l'ambiance « men pen raï » !

    On vient à Hua Hin pour déguster et repartir avec les fameuses mangues d'or et son riz gluant au lait de coco, le tout concocté par de vieilles thaïes acariâtres, habitant une vielle bicoque traditionnelle en bois, narguant le monstrueux Hilton juste en face ; elles envoient paître sans discrimination riches thaïs parquant leur Mercedes en double file et farangs impatient faisant la queue pour le Graal, les mamies font de la résistance à la modernité mais doivent sûrement en profiter largement,vue que les files d'attente ne désemplissent pas de la journée !

    On court aussi à Hua Hin pour l’afflux de farangs vieux et en retraite, oh pas vraiment pour leurs têtes blanches et leurs shorts trop larges mais pour ce qui découle de leur présence ; les restos italiens, français de qualité et puis surtout, avant de rentrer en ISAN, la présence de supermarchés où les produits « import » foisonnent où l'on y trouve tous les produits ; d'ailleurs, nouveauté, un MAKRO, à la sortie de Hua Hin a ouvert ses portes, oh pas les Makro que les farangs installés en ISAN connaissent, bordéliques, englués de chariots élévateurs dans les allées, mais un Makro cinq étoiles où les produits à des tarifs discount ont fait le bonheur de ma glacière ; fromages, charcuteries et tout ce que l'on ne trouve pas au milieu des rizières...

    Hua Hin, c'est donc ça, un curieux mélange entre foule de farang, jeunes et retraités, expatriés et vacanciers, thaïs du cru et thaïs du week-end, thaïs chics et thaïs de la classe moyenne mais aussi les issanais, toujours quadrillant le terrain, offrant leur force de travail et leurs jolis minois dans les bars et salons de massage du carré de la vie nocturne de Hua Hin et puis désormais les chinois et les coréens qui, il faudra s'habituer, font exploser la demande immobilière, l’hôtellerie et tout le système d'ailleurs !

    Un drôle de mélange, un judicieux cocktail de vie, une certaine évolution de la société thaïlandaise, un endroit qui reste malgré tout insolite, son identité s'est juste modifiée, un endroit où tous y trouvent leur compte, un lieu où j'y retournerai vraisemblablement l'année prochaine, peut-être pas en voiture, quoique... On oublie tout si vite ! Hua Hin, un endroit que j'aime, que ma famille adore, et que beaucoup d'autres affectionnent, et même si certains n'aiment pas, qu'ils se rassurent, Hua Hin est suffisamment adorée comme ça !

    Et puis, on ne peut pas plaire à tout le monde, n'est-ce pas ?

    Paille Kheundheu...

    « À huit-cents bornes des rizières*...Hua Hin, Thaïlande !BOO, le beau-frère suédois ! »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Chris999
    Mardi 30 Octobre 2012 à 02:14

    Oui, j'avais l'intention de ne plus faire de commentaires sur les blogs. Mais depuis j'ai fait ma sélection des blogs indésirables où je ne mettrais plus jamais les doigts pour raison politik.

    Revenons alors au sujet de cet article. Je retiens le nom de la plage : Khao Takiap pour découvrir d'autres horizons de Hua Hin en solo ( pour moi, la meilleure façon d'appréhender le pays visité ) ni touriste sexuel, ni routard dans l'esprit mais un flaneur, voyageur ami de la Thaïlande dénué cependant de toute psychorigidité.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mardi 30 Octobre 2012 à 03:20

    Une balade sans a priori ! Un beau voyage tout simplement ! Si tu veux pousser un peu plus loin, en moto, la visite du parc de Sam Roy (direction Pranburi), mangroves, plages désertes, grottes à flan de colline...Superbe ! Tu as donc bien choisi tes blogs, ceux où tu peux intervenir...Ah Ah !
    Jeff des rizières bien mûres et jaunissantes !

    3
    julien/ foo
    Samedi 3 Novembre 2012 à 06:09

    superbe resumee !!!ta plume est belle !

    4
    Samedi 3 Novembre 2012 à 11:35

    Que dire ...merci Julien !

    Jeff des plumes issanaises !

    5
    Samedi 3 Novembre 2012 à 17:05

    MERCI pour ce long et excellent article .

    Et oui c 'est partout la même chose :  plus de monde ( pas mieux éduqué ) et plus de bagnoles .

     

    A mon avis Cha Am est un peu plus Thai et un peu plus tranquille .

     

    On peut s  éloigner de la côte et faire de belles balades à vélo

     

    J' ai fait un séjour du côté de Rayong , Ban Phe . Là aussi trop de bagnoles et trop de gens bruyant .

     

    Alors oui : vive l ' Issan et ses bleds paumés .

     

     

    Encore MERCI

    6
    Dimanche 4 Novembre 2012 à 03:07

    Bonjour Dédé,

    En effet le plus dur est trouver "chaussure à son pied"...et même si en ISAN on retrouve une certaine tranquilité, la voiture gagne du terrain, mais il y aura toujours une sente au milieu d'une rizière pour se poser et "méditer"!

    À bientôt !
    Jeff

    7
    Marco de Nantes
    Samedi 30 Novembre 2013 à 19:48

    Hua hin, on arrive en mars!

    Farniente au soleil après la fatigue du boulot.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :