• La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.Comme il est d'usage et avant de nous engager vers le numéro 23 de la gazette de Ban Pangkhan où nous ferons un retour sur les potins du village mais aussi sur les événements de la région, du pays et puis... tiens, pourquoi pas, «  à l'international ...rien que ça !», je voudrais vous souhaiter, à vous lecteurs d'un jour ou de toujours, une très bonne année 2014, sabaï di pi maï 2557. La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.Qu'elle soit pétillantes et pleines de promesses ! Elle sera celle du cheval et devrait être alors exceptionnelle, surtout pour ceux nés sous ce signe heu...moi par exemple. Elle ne sera pas de feu cette année, il faudra attendre encore 12 ans pour que le cheval de feu naisse de nouveau ! Le basculement vers cette nouvelle année s'est donc       En partance pour la fiesta    passé comme il le faut ! Feu d'artifice et de Bengale, même dans les moindres recoins de ruelles escarpés des villages de l'ISAN.La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014. Lorsqu'il est question de faire la fête, il n'y a personne à la traîne par ici. Les gens de Bangkok sont venus en masse, s'agglutinant avec leur véhicules dans la montée de Korat pour festoyer en famille ou entre amis...

    Les polices de toutes les factions ont tenté cette année, encore, en multipliant les barrages et les contrôles de freiner le nombre d'accidents de la route. Je ne sais pas si cette année, ils furent nombreux, je ne regarde plus les chiffres des accidents et morts pour cette période que les journaux sous renforts de gros titres style « le poids des mots, le choc des photos » se gargarisent, mais une seule chose est sûre, la Thaïlande a encore du boulot à faire en matière de sécurité routière puisqu'elle se retrouve au troisième rang des pays les plus dangereux au monde où il ne fait pas bon de prendre la route. Elle se retrouve juste derrière l’Érythrée et La Libye avec un taux d'accidentés pour 100 000 habitants impressionnant (« L'article source de ces chiffres »). Heureusement que la Thaïlande ne cumule pas sur ces bords de routes des mines anti-personnels comme les deux « gagnants » de ce macabre constat sinon... « No comment ».

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

     

    Malgré tout, dans cette insouciance et confirmant cet adage propre à mes voisins et aux habitants de « mon » pays d'accueil, c'est-à-dire que « demain est un autre jour » ce fut une très belle semaine de ripailles, de joies et de retrouvailles. Après cette effervescence, en un rien de temps nous nous sommes retrouvés seuls au milieu des rizières, au calme et avec au programme, le dur labeur des rizières !

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.En effet depuis la dernière gazette, la récolte du riz, Khao Niao et Khao Suay, est terminée et depuis un bail. Elle fut exceptionnelle dans le quartier, une mousson impeccable, juste comme il faut, et l'arrêt des pluies au bon moment que tous ont la banane. Les machines sont venues en masse, le manque de petites mains et les rats gourmands ont fait que tous se sont précipités à moissonner. D'ailleurs si cette récolte eut lieu vers la fin novembre et si vous passez du coté de Sélaphum, vous verrez que toutes les terres sont de nouveau vertes, d'un vert

      Khao niao nouveau (riz gluant)      fluorescent, de jeunes pousses de riz pour la deuxième récolte...À peine terminée la « grande récolte », le brûlis effectué (nous vivons alors dans une fumée persistante pendant plus ou moins deux semaines), le labour immédiat puis la mise en eau instantanée avec une eau pompée dans les grands réservoirs mais aussi dans la rivière aurons-nous de l'eau en avril pour le Songkran ? j'en doute, les semences de Khao Na Phang sortent déjà de terre à vitesse fulgurante. Ce riz que l'on sème à la volée et qui malgré un rendement très faible est inévitable à produire pour les paysans afin qu'ils parviennent à rembourser leurs prêts qui leur ont permis d’acquérir, tracteurs, semences et les inévitables engrais et pesticides pour rendre la terre qui a tendance à se dé-fertiliser. Cela coûte et si le prix du riz n'était pas subventionné, ils auraient sûrement un mal fou à joindre les bouts de cette boucle sans fin de production à outrance ! Ce n'est qu'un constat de ma part qui ne suis pas « un expert », mais jusqu'où iront-ils ? Pas de limites, je le répète, est la devise !

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.Cette période de récolte coïncide aussi avec le LOY KRATONG, tradition incontournable où particulièrement dans le nord et les grandes villes cela donne dans la surenchère de défilés, molam et lâchers de ballons en tous genres. À Pangkhan city, les enfants, ceux qui restent, qui ne vont pasLa gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014. autour des grands festivals, s'adonnent à la confection des petites embarcations faites de tronçons de bananiers où l'on agrafe des feuilles de ces mêmes bananiers joliment découpées, quelques fleurs de toutes les La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.couleurs, on y installera sur cette embarcation (Kratong) de l'encens, une bougie et un petit bath pour enfin la lancer sur un point d'eau, les mains jointes devant sa poitrine, on formulera les souhaits les plus chères et le tour sera joué... Sur le petit étang derrière chez nous aux rives plutôt glissantes nous avons comme nous le faisons depuis quelques années, laisser partir notre Kratong en pensant très fort que nous serons heureux et unis pour le restant de notre existence !

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.À la suite de Loy Kratong qui coïncide grosso modo avec la saison froide je vais y revenir, la saison des mariages peut aussi débuter ! À l'heure où j'écris ces quelques lignes, les voisins d'en face marie leur grand garçon et la sono crache ses décibels depuis 24 heures... la vie de village n'est pas toujours si tranquille que ça ! Un bon mariage ne va pas sans son karaoké et ses baffles gigantesques elles sont forcément positionnées à à peine cinq mètres de notre salon, aie aie aie... qui sans un ingénieur duLa gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014. son digne de ce nom et je dirais que par ici, cela ne court pas les rizières, la solidité de votre maison et de vos tympans sont mis à l'épreuve. Une bonne fête ne peut se faire sans du molam saturé ! Les murs trembles par les basses et les acouphènes peuvent s'en donner à cœur joie grâce aux aigus ! « Tout ou rien », telle est la devise ! Quelque-part, comme c'est le garçon qui se marie, ce n'est qu'une sorte d'enterrement La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.de vie de garçon qui se déroule au sein de la maison du futur, les proches et VIP du village se rendront finaliser le mariage au sein de la maison de la future...tradition oblige ! Ici la dote est payé par l'homme et si vous avez des problèmes avec votre fils vous pourrez être ou presque sûr qu'il partira de votre maison, puisque de coutume, le marié va vivre dans la famille de sa femme...Une situation ancestrale qui a tendance à disparaître puisque les jeunes couples partent la plupart du temps vivre et travailler à la Capitale ! Si les mariages se sont donc multipliés depuis deux mois, à Pangkhan comme aux alentours, le faire-part rose (la plupart du temps où l'on y glisse un billet, voire plusieurs suivant les affinités) de rigueur attestant de cette prolifération de saison, il y eut, allez à deux maisons de chez nous le mariage de la fille du maire et là, ce fut trois jours plein ! musiques, repas, karaoké et rebelote ! Maire oblige, tout le village est convié, les apparatchiks alentours, c'est alors la grand déballage...Dix cochons, trois vaches et dix mille bouteilles de Lao Khao et bières Leo oh oh ! tu es de Marseille, farang-ISAN ? Certes, un peu... Pour vous dire, je suis même passé au « parloir » des Putkken, ces petits bracelets blancs que l'on noue autour du poignet des mariés pour leur souhaiter une belle et longue vie commune tout en ayant déposé dans une corbeille prévue à cet effet encore un billet qui dans ce cas précis seront réservés à l'usage exclusif du jeune couple !

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.Des mariages de l'année dernière, les naissances ont proliféré... Les jeunes mariées (et les autres) même si elles sont pour la plupart au travail à Bangkok, reviennent inéluctablement donner naissance à leur progéniture au sein de la maison maternelle ou à l’hôpital local, en témoigne ma petite voisine d'en face (plus si petite désormais...) qui à mise au monde une petite fille à peine 13 mois après son premier petit garçon...Quand on aime, on ne compte pas ! Le ventre de certaines mamans n'ont qu'a bien se tenir, pas de repos pour les guerriers !

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.Pour en terminer avec le recensement villageois, nous avons aussi connu notre lot de funérailles, très peu, comme si inconsciemment à la saison des mariages, il était mal venu de renaître de ses cendres...deux voisines, des anciennes sont partis, une amie de Ma Dame (accident de moto, tiens tiens...) et mon beau-frère, Mister Oui, notre pougny Oui, alias Mister Sissip (du à la quantité phénoménale de Lao Khao qu'il est capable d'ingurgité) a décidé de partir, seul dans la maison de la grande sœur de Oy, mais il a trébuché, Bouddha n'était pas prêt à le recevoir, et après trois semaines à l’hôpital, Oui est sauvé. Il m'a dit avec tristesse que son foie ne pouvant plus fonctionner correctement, il avait décidé de devancer l'appel... Eh bien, non Oui, tu devras attendre, à la diète, bien-sûr ! Et tout le monde est content de ce dénouement, même lui (il me l'a murmuré...). Par contre, conséquence malheureuse de son acte, la maison de la sœur ne peut plus être habitée pour un bon moment le temps de désenvoûter l'endroit, les Phis (les esprits) ayant pris possession des lieux ! Des chamans venus d'ailleurs devront faire office et dicter les consignes à suivre (dans le cas de la maison de la sœur, tous pensent (mais qui vivra verra, rien n'est écrit) à la destruction pure et simple de la maison afin de faire fuir les mauvais esprits... « pas de demi-mesures » par ici, comme je l'ai dit plut haut !) ; mais nos chamans sont plutôt surbookés dans nos contrées, à savoir que le virage de la mort, comme je l'ai déjà nominé ainsi dans le passé à pris encore quelques âmes en cette fin d'année...Un camion pick-up de cochons en partance pour « the big day » s'est fait le tout droit fatal dans la rivière longeant Pangkhan, encore d'un niveau d'eau respectable en cette saison...les trois tueurs de cochons y sont restés comme les futurs condamnés et puisque les chamans ne peuvent pas revenir de suite (la cérémonie qu'ils officièrent il y a un an afin de faire fuir les mauvais esprits n'a donc pas été efficace du coup !), les pontes du Tambon (Sous-District) qui avaient déjà mis un panneau alertant les conducteurs de l'éventualité de traversées de fantômes dans ce virage, ont sorti le grand jeu...un énorme calicot prévient désormais le conducteur d'éventuelle hallucination ou peut-être plus sérieusement (ce n'est pas sûr du tout) de la dangerosité de la courbe !

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.Nous venons d'évoquer la fin tragique de trois hommes mais aussi de quelques cochons qui auraient pu finir grillés ou en Lap mais nous avons aussi perdu définitivement notre Firmin ! Firmin, le lapin ! Après une année de cage bien trop petite à l'approche de cet hiver, après quelques échappées belles au cours de l'année toujours rattrapées par un voisin ou gamin passant les chemins de traverse, nous décidions, Tangmoo, Tan etLa gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014. moi-même, Oy ne se sentant pas vraiment concernée, de lui donner une liberté de jour en espérant qu'il revienne à la nuit attiré par quelques feuilles de choux ou de belles carottes croquantes...Il s'y est tenue deux semaines et puis...Plus rien ! Plus de nouvelles, sûrement englouti par un chien de passage ou un serpent rampant voire une bande de garçons affamés après qu'ils aient vidés quelques bouteilles de l’Élixir blanc des rizières, l'alcool de riz ! Maigre (ou joyeuse) consolation, il aura goûté à la liberté avant le trépas et ça, cela n'a pas de prix ! Adieu Firmin ! En parlant de chapardeurs, j'écrivais un article, « Légumes... and Co ! », sur le petit jardin près de la rivière dont s'occupe la cousine Mac, je lui fournis les graines de légumes « exotiques », c'est-à-dire de France, eh bien est-ce les mêmes qui ont peut-être grillés Firmin car la nuit, salades, choux en tous genres et légumes ont une fâcheuse tendance à disparaître !

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

     

    Les bestioles du cru sont aussi quelque fois surprenantes comme ces deux-là, locataires de notre bistrot à Sélaphum, chez Mister Da, ils se lovent à tire-larigot, surtout en cette période de froid !

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

     

     

    En effet et j'y arrive enfin, à parler du beau et du mauvais temps, chaque gazette doit y faire face, nous avons connu et ce n'est toujours pas terminé, un hiver d'une froidure, comme le disent les cousins québécois, à glacer toute personne de L'ISAN digne de cette région ! Record de froid dans toutes les provinces, alertes des gouvernants afin de ne pas trouver agonisant au petit matin un être égaré, distribution de couvertures, neige sur les collines de Phitsanulok, température négative (-1°C aux alentours de Loei) et ce phénomène dure encore aujourd'hui même si désormais nous retrouvons l'après-midi des températures oscillant dans les 30°C...mais au petit matin, il n'est pas rare que le thermomètre descende encore sous les 15°C...Le vent du nord décidant de participer à la fête du froid, le cache-nez est donc de rigueur sous le 15ème parallèle ! En avril et mai de l'année dernière nous avons connu des chaleurs extrêmes avec des températures tous les jours de plus de 40°C, donc une question se pose : l'équilibre annuel des saisons se fait-il désormais grâce à des records de froids et de chaleurs ? « Y'a plus de saison, ma bonne dame », comme le disait à foison ma défunte grand-mère !

    Pour en terminer avec la météo, les typhons de la mer de Chine qui avaient tendance à s'arrêter vers la fin octobre nous font des retours tragiques ! Ils se sont égrainés au fil du mois de novembre, il y en eut même un dernier en décembre, mais je reviendrais sur « Hainan » qui a dévasté les Philippines (paix aux âmes défuntes) dont tous pensaient, les experts (heu...) et les apprentis experts des réseaux sociaux qui aiment vraisemblablement à se faire peur, nous avaient prédis le pire, qu'il traverserait l'ISAN avec toutes les conséquences graves que cela entraînerait... eh bien ils se sont encore plantés, chaque année, il prédise « the big one », et comme les années précédentes, il a filé plein nord vers la Chine après avoir léché les côtes vietnamiennes. Arrêtez donc, s'il vous plaît, de vous faire peur et par la même occasion de faire peur aux populations des rizières, cette terre est bénit des dieux, rien ne peut nous arriver ! Même pas peur ! Quoique !

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

     

    Au milieu de toutes ces péripéties, il y eut bien évidemment Noël ! En ISAN, pas grand chose à se mettre sous la dent, le petit Jésus connaissent pas, Halloween, heureusement nous réussissons encore à l'éviter mais les super, hyper, et centres commerciaux poussant comme des champignons La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.dans de nombreuses villes de l'ISAN, la fièvre acheteuse gagne du terrain et forcément la jeunesse y est plutôt attentive... et à la maison on n'y échappe plus enfin du moins pour Noël, les écoles se faisant une sorte de fête de Noël où chaque élève emmène à l'école un paquet cadeau dont le contenu ne dépasse pas les 30 baths (0,70€) pour vraisemblablement éviter une quelconque discrimination pécuniaire, j'y suis allé de la déco du résineux trônant au milieu de notre jardin... Les enfants sont rois au village, on les fête régulièrement et ils sont d'un nombre à faire rougir tout démographe occidental ! J'écrivais d'ailleurs ces articles à ce propos : « Le père Noël passera-t-il en terre d'ISAN, nord-est de la Thaïlande ? », « Faites (fêtes) des gosses ! » et « En route pour les jeux olympiques ? ».

    Nous terminerons cette gazette par quelques brèves et quelques partages d'article et de clip que j'ai pu pratiquer sur les réseaux sociaux, sachant que vous n'êtes pas tous entre autres sur Facebook (et heureusement d'ailleurs !)

    Tout d'abord deux articles de mon ami OBEO-VOYAGEURASIE dont je ne tarie jamais d'éloges à propos de son blog :

    Pour les gourmands tout d'abord, ce « livre » de recettes en vidéo de la cuisine thaïe : L'article 

    Et pour les fans de Carabao, une reprise pleine de jus de la part de LOMOTONIS de son fameux « Made in Thailand »...l'article revient sur le texte de la chanson : L'article 

    Juste le clip :

    Une petite trouvaille sur YOUTUBE, des américains au Cambodge qui se font des TUKTUK sessions :

    Si j'ai pu visionner tous ces clips sans que ma vue se tarisse, il faut le dire depuis le temps que je l'annonçais, le haut-débit m'habite depuis le 15 octobre dernier, enfin m'habite, mon « computer » ne s'arrête plus désormais ! Finalement c'est CAT qui est venu installé la ligne et je peux vous le dire, je n'ai eu aucun soucis de connexion depuis, quoique :

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

     

    Lors des premières manifestations des « jaunes » et autres jaunes clairs ou foncés, ils s'étaient « amusés » à saccager les locaux de la maison mère à Bangkok. Depuis ces manifestations ne s'arrêtent pas, même s'ils ont appliqué la trêve des confiseurs. Leur leader Suthep et autres, telle la petite fille du fondateur de Thaibreweries (les bières Singha, Léo etc...) qui d'ailleurs n'arrêtent pas de mettre plus bas que terre les gens de l'ISAN et autres paysans du Royaume, les estimant tels des citoyens de seconde zone a qui l'on ne devrait octroyer que des droits moindre que certaines élites et autres sympathisants de son parti soit disant plus instruits et responsables et bien évidemment plus démocrates, ces personnes veulent instaurer un conseil du peuple non élu pour plus de démocratie. Vous allez me dire, aucun paradoxe ne fait peur au Thaïlandais, même à leurs La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.leaders. Yingluck Shinawatra, élue démocratiquement issue du parti Puay Thai (Pour les Thaïs), pour faire court « les rouges » a consenti à des élections anticipées prévu le 2 février ! En attendant les opposants refusent (pas tous) d'y participer étant presque sûr de les perdre, le Parti Démocrate dont Suthep est un des leaders n'a pas gagné d'élection générale depuis 20 ans ! Alors le 13, là, lundi prochain, ils promettent de paralyser la capitale, Bangkok, du moins le grand centre des affaires et de pousser à la démission le gouvernement de la petite sœur de Taksin (en fait, ils ont une haine farouche de l'ancien premier ministre Shinawatra Taksin qu'ils accusent d'être en fait derrière chaque décision de sa petit sœur ; rappelons qu'il fut renversé par un coup d'état militaire en 2006 alors qu'il était à la conférence annuelle de l'ONU à New York, puis accusé de corruption, de délit d'initié et d'évasion fiscale, il est toujours à ce jour en éxil, principalement à Dubaï). Je ne m'étalerai pas plus longtemps, j'ai déjà été très long, mais de L'ISAN et de Pangkhan, ils ne l'entendent pas de cette oreille et comme le disent certains de mes voisins, ils sont prêts à en découdre si le gouvernement tombe, estimant que leur vote majoritaire de juillet 2011 en faveur du Puay Thai serait une offense qui leur serait faite ! Deux clans, deux peuples, deux Thaïlande et même si le Roi lors de ses vœux a appelé tout le monde à la réconciliation, la fracture semble très profonde et ce ne serait pas étonnant qu'un coup d'état des généraux viennent clore ces deux mois d'agitation...Attendons la semaine prochaine, je vous mets trois liens en français de chroniques de journaux par forcément acquises à la cause du gouvernement en place et un petit reportage de ARTE dans les quartier populaire de la capitale :

    Un éditorial de Pravit Rojanaphruk publié dans "The Nation"

    ... La violence politique actuelle rappelle de façon poignante que la culture thaïlandaise n'est pas aussi paisible et sereine que le prétendent les manuels officiels et les brochures touristiques. Dans les deux derniers mois, huit personnes ont été tuées et plus de 300 blessées. Il est probable que le nombre de victimes va augmenter à mesure que s'approche la date du scrutin. Les images des victimes liées aux troubles politiques des dix dernières années à de quoi faire frémir. On est bien loin de celles de "l'incroyable Royaume de Thaïlande". Au lieu de simplement condamner l'effusion de sang - ce que nous devrions tous faire - il serait également utile de se demander pourquoi la société thaïlandaise se laisse si facilement entraîner dans la violence politique.
    Au moins trois facteurs déterminants apparaissent évidents après réflexion.
    En premier lieu, il y a un sens chez les Thaïlandais de l'autosatisfaction absolue. Le système éducatif, très conservateur dans ses principes, enseigne qu'il ne peut y avoir qu'une seule réponse correcte. Ainsi, si vous pensez que vous avez raison, vos adversaires doivent tous se tromper. Dans ce contexte, un conflit politique peut rapidement se transformer en une lutte du bien contre le mal, et pas seulement en une opposition de points de vues ou d'idéologies différentes.
    En 2010, 99 personnes - principalement des "Chemises rouges" - ont été tuées dans les rues de Bangkok, alors que le pays était gouverné par Abhisit Vejjajiva. Les Thaïlandais ne pleuraient que les morts de leur camp. Idem jeudi dernier, lorsqu'un policier a été tué. Il y a eu une vague de sympathie et de condoléances des partisans de Yingluck Shinawatra. Les partisans des manifestants sont restés muets. Les membres du " People's Democratic Reform Committee" ont à peine mentionné ce drame.
    Dans la nuit du 30 novembre et aux premières heures du 1er décembre, cinq personnes ont été tuées. "Ce n'était pas une affaire personnelle, mais quelque chose de bien pire. Des gens ont été tués par des inconnus, juste parce qu'ils ne partageaient pas les mêmes idées politiques. C'est tragique".
    On ne tolère plus les personnes qui n'ont pas la même vision politique, si l'on considère avoir raison. Cette attitude est aggravée par la conviction que la fin justifie tous les moyens, ce qui est la deuxième cause de l'instabilité. Les opposants au gouvernement actuel considèrent qu'un coup d'Etat militaire (il y en a eu 18 au cours de 81 années du système démocratique)
    est une option acceptable. Pour eux, le coup d'état de 2006 a été bénéfique. Pourtant, l'intervention militaire de 2006 a foulé aux pieds les droits électoraux de millions de personnes qui n'approuvaient pas le putsch. C'est une forme de violence politique.
    Beaucoup de Thaïs peuvent paraître gentils et prêts à faire des efforts pour éviter des conflits. Cette apparence est contre nature, et se heurte aux principes démocratiques. Le conflit est inhérent au système démocratique, qui cherche alors des solutions pacifiques.
    Malgré des traditions profondément ancrées qui enseignent aux Thaïlandais comment éviter les conflits dans la vie quotidienne, beaucoup sont incapables de les résoudre pacifiquement, en négociant et en aboutissant à un compromis. Au lieu de cela, ils utilisent la violence afin d'anéantir "l'autre côté". Cette absence de tolérance est incompatible avec l'existence d'une société hétérogène moderne.
    Rien ne changera si nous ne reconnaissons d'abord la réalité de la violence politique. Nous devons reconnaître que certains aspects de notre culture et de notre pensée ne sont pas adaptés à une société démocratique tolérante. Le recours à la force et à la violence pour tenter de "résoudre" un problème est voué à l'échec. La violence politique, et ceux qui l'approuvent, sont devenus un vrai problème.
    (source : The Nation)

    L'article du PetitJournal. com

    Le reportage de ARTE

    Je vous invite à lire les quelques journaux de la rubrique « LES JOURNAUX/THAÏLANDE » où encore d'autres articles d'actualité vous feront peut-être mieux comprendre cet imbroglio politique thaïlandais, car je l'avoue, c'est pas facile facile, on s'y perd !

    L'avenir paraît incertain, mais pour Tan, sa quête d'université continue, elle passe les concours allègrement et divine surprise, son premier résultat est très satisfaisant puisqu'elle peut intégrer l'université de Maha Sarakam afin de préparer son professorat de sciences physiques et chimies. Elle a fini major de ce concours, Bravo Tan !

    À mon concours pour le renouvellement de mon visa, mon certificat de revenu ne leur satisfaisant plus (le même que je leur présente depuis 10 ans), j'ai échoué ! Désormais, il me demande un justificatif de banque thaïe prouvant que votre compte est approvisionné de 400 000 baths (9000€), papier que je leur présentais au tout début de mes extensions de visa, il y a plus de 10 ans... Retour aux sources, aux vieux papiers, les temps changent, ils m'ont fait alors une extension improbable de deux mois avant de leur présenter un nouveau dossier en cette fin de mois, enfin le même dossier avec un justificatif différent !

    Toy, la sœur de Oy dont je parlais lors de la rénovation de sa maison, maison mitoyenne de la notre a enfin mis les derniers carreaux, portes et finitions à celle-ci... Les enfants sont venus mettre un dernier coup de peinture, sa maison ne lui aura pas coûter un bras, à peine 300 000 baths !

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014. La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

    Entre temps, je suis allé à Pattaya avec mon ami et voisin d'ISAN, arrivé de France mi novembre ; comme chaque année, je descend à la Capitale le rejoindre pour un « sanouk sanouk tour » (Trad.: promenade joyeuse voire plus si...), alors nous nous octroyons un petit séjour festif en dehors de l'ISAN. Eh bien après 10 ans sans y avoir mis les pieds, je n'ai rien reconnu de ce petit village de « pêcheurs » devant l'éternel, nous n'avons pas trouvé de quoi s'extasier, beaucoup de béton, de voitures, peu de touristes, des thaïs se plaignant des russes, rien de bien de nouveau à l'est de Bangkok ! Rien à voir avec « Never go to Thailand (n'allez jamais en Thaïlande) !», un article sur un superbe clip promotionnel tourné par un français, a faire rougir, l'Autorité du Tourisme Thaïlandais ! D'ailleurs si vous venez à Pattaya et que l'ennui vous gagne vous pourrez toujours venir avec quelques livres, entre autre avec ceux pourquoi pas auxquels je fais référence dans le 5ème volet de « Et si on parlait bouquins (5) ! »

     

     

    Radiothai.fr

    Une nouvelle radio francophone a aussi vu le jour en septembre l'année dernière et à mon grand étonnement, ils m'ont fait une belle promotion pour ce blog, le 4 décembre dernier, dont cet article que vous avez eu le courage de lire jusqu'ici (Ouf  quelle tartine ! certains se le diront non ?) est issu et se termine, enfin ! Merci de m'avoir lu jusque là, je vous souhaite encore une fois une très belle année à venir, un SAWAT DEE PI MAI comme on l'entend par ici dans nos rizières, une année que je vous souhaite pleine de voyages, virtuels ou réels !

     

    La gazette de Ban Pangkhan (23). Du 3/11/2013 au 10/01/2014.

     

    Paille Kheundheu...

    « Légumes...and Co !La route du serpent grillé ! »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Alain
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 03:16

    Meme si ton 1 er article de la nouvelle annee te semble long, c est toujours un plaisir de te lire et le puit d informations qu il vehicule est impressionnant .Entre les nouvelles de ton village et les derniers commentaires politiques , en plus des differentes autres articles , les infos passent bien .Arrete toi chez nous a l occasion si tu descend sur KHONTHEP ... Alain .

    2
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 03:39

    Bonjour Alain,
    Merci tout d'abord du compliment et d'avoir lu "ma tartine" jusqu'au bout. Les gazettes de Ban Pangkhan sont toujours longues, j'accumule les infos et évènements pendant deux mois et encore, je fais un tri...C'est pour dire !  

    En ce qui concerne la descente "à la capitale", ce n'est pas à l'ordre du jour mais lors d'une migration provisoire et éventuelle vers le sud, ce sera un plaisir de faire un stop dans "ton quartier !
    Cordialement...

    Jeff des rizières !

    3
    Ray
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 06:12

    Toujours heureux de lire tes chroniques de Selaphum

    et surtout bonne annee et continues de nous pondre ces superbes histoires
    qu on ne lis nulle pt ailleurs

    4
    Dimanche 12 Janvier 2014 à 18:46

     

     

    5
    gérard
    Jeudi 16 Janvier 2014 à 10:03
    gérard

    C'est toujours un régal de te lire !!! ...Françoise et moi sommes devenus "fan"...Tu nous donne de ta joie de vivre et des informations qui nous seraient bien souvent inconnues de ta région ...Ceci est très sympathique et nous te remercions bien amicalement...Et puis aller le FCN !!!


     

    6
    Jeudi 16 Janvier 2014 à 11:40

    Merci pour vos gentils commentaires ! Jeff des rizières en mode glaciation!

    7
    Jeudi 16 Janvier 2014 à 13:27

    12° Ce matin à SURIN je comprends que tu sois en mode glaciation... pour info 8° à PARIS.

    Et une belle affiche FC NANTES- PSG pour bientôt en demie de coupe de la ligue.

    Paris est magiiique... bon ok je sors...

    8
    Chris:Ici-et-là-Bas
    Samedi 18 Janvier 2014 à 00:24

    En l'année du Cheval, il va falloir : Osez, osez Joséphine ! Où rien se s'oppose à la nuit. Au son de guitares  scintillantes et à la vue de seins nus dans une ambiance entre le clair et l'obscur ?

    Bonne année 2014 à Jeff le rocker et à sa famili. 

    Et Paix entre les Rouges et les Bleus (Vendredi 17 janvier 2557 Suthep a pleuré face aux avertissements de l'Invisible = petit mitraillage sur un 4X4 et petite bombe explosive à proximité  d'un des rassemblements pacifistes du PDRC). 

    Post-Scriptum : Et ton polar dans tout ca ?

     

    9
    Samedi 18 Janvier 2014 à 02:08

    Merci Chris et bonne année à toi aussi ! Et le polar, ça suit son cours, avec du retard mais ça roule...

    10
    René
    Jeudi 23 Janvier 2014 à 18:55

    Hmmm! C'était trop court! Encore et encore des articles comme celui-là (comme les autres également!). Le cheval que je suis te hennit une année pleine de galops fous!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :