• La Thaïlande et le plastique : L'envahisseur sournois !

    Plastique en stock en Thaïlande ! Avec le retour des vents du nord est et la fin des pluies, on peut reprendre nos balades dans les rizières. Je ne les avais pas vraiment mis au rebut mais les pluies étaient tellement forte que les chemins de terre rouge collante à souhait, rendait plutôt difficile les déplacements bucoliques ! Je remarquais encore une chose qui se généralise depuis ces dernières années, la plaie des décharges sauvages... Des personnes ne sachant que faire de leurs déchets, commencent à les mettre sur un bord de chemin, toujours un peu isolé, loin des regards, ce qui me fait dire qu'ils le font en toutes connaissances de cause, « que ce n'est pas bien », honteux de leurs gestes !

     

    Plastique en stock en Thaïlande !

     

    Je me souviens, petit, en France, on trouvait aussi dans les campagnes de nombreuses décharges sauvages, peut-être en reste-il ? Sûrement ! La consistance de ces dépotoirs était plutôt différente que celle que je vois au bord des chemins des rizières ou des petits bosquets où il serait si agréable de faire une pause à l'ombre du soleil lourd et puissant de l'ISAN. En France donc, on trouvait, frigo, gravas, vieilles bagnoles, et j'en passe... Plus tard, il y a un peu plus vingt cinq ans lors de mes premières balades en Europe entre le sud de l'Italie et le Portugal entre autre, elles pullulaient aussi, ces décharges sans contrôle. Les campagnes de sensibilisation déferlaient de tous les médias, dans les écoles pour que les concitoyens de ces pays arrêtent de jeter tout et n'importe quoi n'importe où ! Ensuite, beaucoup plus tard, on nous a alors pondu le tri sélectif, et là tout a changé ! Les ordures sont devenues un business. Pour de bonnes raisons, parce que je n'ai rien contre ce fameux tri sélectif, des raisons écologiques (ou écologistes), il fallait commencer à mettre certaines choses dans des poubelles multicolores, chaque couleur ayant son ordure favorite ! Le verre, la verte (pourquoi pas?), la bleu (les plastiques recyclables), la marron (le compost), la vert-jaune-rouge (produit du jardin), la orange (les fruits)...Non ! j'arrête là, j'exagère, parce que si nos souvenirs ne se sont pas trop érodés, il y a peu, on consignait les bouteilles de verre, les produits étaient emballés dans du carton ou des boites en fer que l'on gardait pour conserver entre autre, comme bon semblait dans chaque famille, nos photos de famille, notre collection de timbre etc... Les grandes surfaces ne nous avaient pas encore proposé de multiples produits emballés, qu'est-ce que je dis, sur-emballés, « question de marketing », ont-ils voulu nous faire gober ! Du coup, toutes ces poubelles, tous ce travail de tri, à fait bondir le prix des taxes de ramassage d'ordure...J'ai le souvenir, à Noimoutier où j'habitais auparavant, ce marché que les grosses multinationales savaient juteux, allait être administré par une énorme entreprise qui ne s'appelait pas encore Véolia...En dix ans, de 70 francs de frais de taxes annuelles que l'on payait sans rechigner jusqu'à la dernière année, année où je partais vivre en ISAN, presque 500% d'augmentation, on payait alors plus de 400 francs (vous vous rappelez, avant l'Euro, le FF)...Effarant non ? Je ne sais où cela en est désormais, mais je parie que les taxes d'ordures ménagères ont encore augmenté et qu'en plus, ces entreprises ont réussi à ne plus venir collecter les détritus encombrant ou recyclable à domicile, mais ont installé des centres de tri où chacun doit venir déposer son rebut trié et bien trié sinon, pan pan cul cul, et pire, je crois que tout le monde trouve cela normal...

     

    Plastique en stock en Thaïlande !

     

    En ISAN, tout ce qui est recyclable est collecté à domicile...Fer, aluminium, verre, emballage en tous genres, PVC, enfin, tout mais vraiment tout est collecté et chaque collecteur privé donne même de l'argent à chacun, suivant le cours en vigueur de chaque matière. Ensuite d'autres collecteurs, plus gros, s'occupent de transformer le tout pour que ce soit ensuite réutilisé...Enfin, je disais « tout mais vraiment tout », pas vraiment, les petits plastiques ne sont pas concernés !

     

    Plastique en stock en Thaïlande !

     

    Il y a 15 ans, l'ISAN, ne regorgeait pas de produits de la surconsommation et on brûlait à tire larigot, quitte à s'intoxiquer au monoxyde de carbone, mais là est un autre sujet. Le soir, une odeur nauséabonde envahissait l'air des rizières, une fumée recouvrait la campagne aux alentours de cinq heures de l'après-midi et cela était vraiment désagréable ! Certains villages ont donc commencé la collecte d'ordure pour les mettre dans des décharges plus ou moins contrôlées, et d'autres laissent faire alors...

     

    Plastique en stock en Thaïlande !

     

    Dans la campagne d'ISAN, on retrouve donc des plastiques et des plastiques et encore des plastiques et pas n'importe lesquels...Des poches, ou pochons en pagaille, des couches jetables pour bébé et puis surtout toutes ces boites et verres en cette sorte de polystyrène que les marchands de boissons et de nourritures de rue se servent pour que leurs clients puissent consommer « à emporter » !

     

    Plastique en stock en Thaïlande !

     

    Dans les villes, comme à Roi Et, les décharges qui se trouvaient en dehors de la ville se retrouvent désormais submergées et la ville s'étendant, la décharge principale se retrouve en pleine ville et en pleine vue de toutes et de tous, tellement elle déborde, tellement elle regorge de plastique que les autorités de la ville ont décidé de la fermer pour en faire une autre ailleurs, plus loin, mais où ? Mystère ! 10% de croissance par an en ISAN, (plus du double que la moyenne nationale thaïlandaise) depuis ces cinq dernières années a fait que la consommation a explosé et bien-sur l'expansion des déchets allant de pair !

     

    Plastique en stock en Thaïlande !

     

    Alors que faire ? quelques fois, les grandes enseignes de la distribution tentent de sensibiliser les consommateurs à grand renfort de campagnes publicitaires, sûrement pour être dans l'air du temps mais à part les supermarchés MAKRO qui ne donnent jamais un sac plastique, les autres, c'est plutôt, deux articles, un sac ; j'exagère un peu mais pas tant que cela, les 7/Eleven vous donneront entièrement satisfaction si vous décidez de collectionner tous les conditionnements plastiques inimaginables que vous avez toujours rêvez d’acquérir !

     

    Plastique en stock en Thaïlande !

     

    Alors quelles solutions ? Je ne sais pas ! Revenir aux emballages des temps anciens qui ne sont pas si anciens que ça ! Papier journal, corde en chanvre, feuille de bananes ou autres ? Je ne crois que ce soit possible... Brûler « hygiéniquement » ? peut-être... mais je ne crois qu'un état comme la Thaïlande fasse d'une priorité ce problème mondiale désormais. Et ils n'ont pas vraiment tort. L'éducation, l'accès aux soins de santé pour tous, faire sortir de la pauvreté nombre de ses concitoyens est le but de cet état thaïlandais et de tous ces états dit « émergents ».

     

    Plastique en stock en Thaïlande !

     

     

    En 2011, je retournais en Inde après dix ans d'absence et le constat était là : emballages naturels, petits bols de terre cuite qui servaient de récipients pour boire le thé et que l'on jetait à terre et que chaque mousson ramenait à la terre nourricière, feuilles de banane en guise d'assiette que l'on jetait au fond des restaurants pour que les vaches soient grassement nourries, papier journal qui emballait tout, terminé tout ça ! Remplacé par le « fameux pochon » qui emballe le non moins fameux paquet de « Lays »(eh oui aussi en Inde) et autres « saloperies » que l'ont retrouvent au gré des vents accrochés dans les arbres tels des fruits indestructibles ou jonchant les bords de plage ou de routes. Terminé le temps où le sac plastique, le seul que l'on avait, donné par un magasin de prêt-à-porter après avoir acheté un sari ou un penjabi, que l'on conservait jalousement pour s'en servir de sac à main ou de sac d'écolier jusqu'à ce qu'il se disloque totalement...

     

    Plastique en stock en Thaïlande !

     

    Que peut-on donc faire ? Surtout ne pas donner de leçons, j'en connais qui aiment ça. N'oublions pas que nous venons de pays où nous avons pollué allègrement la planète pendant des siècles, où nous continuons à le faire ; moins visible désormais cette pollution : nos centrales et usines, nos bagnoles et l'exemple que nous avons imposé à tous ces pays du monde pour que nous puissions devenir immensément riche... Aujourd'hui, en France, de nombreuses incinérateurs d'ordures n'ont même plus assez de matières premières pour qu'ils soient rentables, on recycle trop, il y a de quoi se marrer, non ? Le monde à l'envers ? Peut-être pas !

     

    Plastique en stock en Thaïlande !

     

    Alors faisons comme on l'a fait pendant de nombreuses décennies où l'on a envoyé par cargos entiers nos déchets dans les pays du tiers monde, importons du pochons pour nourrir nos usines d'incinération ! La mer sera un vaste ballet de bateaux transportant des ordures que personne ne veut, enfin... ces bateaux seront sûrement propriété de grandes multinationales qui finalement, nous auront bien faites tourner en bourrique... La libéralisation du commerce mondiale, pour la gloire de la globalisation a aussi entraîné ces petites pollutions de tous les jours qui s'amoncellent même dans les rizières...

    Paille Kheundheu...

    Post Scriptum : Même si je m'emporte sur la vue de tous ces résidus de plastiques jonchant la campagne de Ban Pangkhan, les enfants, du moins ceux que je côtoie tous les jours, ont adopté le réflexe « je mets à la poubelle » (il est vrai que je leur prends la tête depuis...). La plupart des adultes fonctionnent encore comme au temps où le plastique n’existait pas « je jette sur place et n'importe où ». Alors un jour, peut-être, lorsque la saison des vents arrivera, nous ne verrons presque plus de plastiques voler dans les airs au gré du vent... mais cela ne résoudra pas le problème de savoir ce que l'on fait alors de ces réceptacles d'ordures...Laissons alors le temps au temps ?

    « Et si on parlait Bande Dessinée... Tin' tin' en Thaïlande !LA PLAGE ! »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    quitedira
    Samedi 12 Octobre 2013 à 23:27

    ;) Sujet d'actualité mon cher, autant nous avons mis d'années à poluer, en faudra-t-il le double pour nettoyer... 

    2
    René le Belge
    Samedi 12 Octobre 2013 à 23:53

    Bonsoir Jeff! C'est toujours avec plaisir que je lis tes articles même si je suis lent à réagir. Ma foi, je suis de retour en Belgique jusqu'au mois de décembre et le plat pays du grand Jacques occupe aussi mes réflexions.


    Que faire pour la Thaïlande que j'aime aussi et qui s'empresse de courir après des chimères comme nous l'avons fait avant elle! Donneur de leçons, oh que non. Qu'ils restent chez eux les nostalgiques du vieux continent! Moi aussi j'appréciais de voir le tri réalisé chaque matin par de petites mains à qui j'apportais mon sac de bouteilles PVC que j'avais soigneusement triées. J'utilise l'imparfait car c'était il y a 3 ans. Maintenant, nous avons déménagé dans un joli "village sécurisé" à Khonkaen. C'est propre, coquet, pratique mais interdiction aux "pauvres" de pénétrer dans l'enceinte gardée pour venir chercher ce que la middle class peut trier et donner! Tout va dans des poubelles qui rejoignent les dépôts qui seront sans doute trié ultérieurement! Quel dommage! Il serait si simple d'autoriser l'entrée des ces personnes tout aussi respectables que d'autres à récolter "comme dans le temps"! Alors, lorsque je reviendrai en décembre, j'inviterai mon épouse à proposer que nous puissions faire revenir au"village des bourges" les "trieurs professionnels". Et puis de mon côté, j'essaie d'éviter l'usage des "barquettes" et autres "sachets plastiques". J'essaie aussi de cuisiner...et je me suis juré d'acheter des boites métaliques superposées et de les utiliser lorsque je me rends dans les échoppes. Ok, je ferai sans doute figure d'original pendant une semaine ou deux mais je sais que les Thaïs me seront finalement reconnaissant de polluer le moins possible leur pays! C'est quand même le minimum que je peux offrir à un pays qui a la gentillesse de m'accueillir beaucoup mieux que ce que nous, dans l'espace Shengen, nous faisons! Mon épouse en sait quelque chose, elle à qui on a refusé 3 fois un visa touriste en justifiant le refus par "on a pas la certitude qu'elle ne restera pas dans le pays"! Bande de c... comme si la France ou la Belgique étaient des pays où il est si agréable de vivre pour ...un immigré!


    Sur ce long blablabla belle semaine dans ton petit coin d'Issan que je ne connais pas.


     


    René


     

    3
    Ray1
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 00:28

    les sacs plastiques c est hallucinant - ils peuvent mettre jusqu a 400 ans a se decomposer - de ce coté de l atlantique depuis quelques années, les marchands nous font payer 5 cents pour le sac plastique pour inciter les consommateurs a acheter et utiliser des sacs reutilisables ... fait de plastique aussi!

    Le probleme des incinérateurs manquant de quoi bruler est également présent ici. Paradoxal.

    4
    domi59234
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 21:11

    Bonjour,

    J'habite à Udon, je fais le tri selectif avec ma famille comme en Europe par contre je suis submergé par les sacs plastiques ... Je suis allé acheté 2 soupe de nouilles au marché = 7 sacs plastiques (2 pour la poudre de chili, 2 pour la sauce ?, 2 pour les soupe et 1 pour amballer le tout).

    Que dire de l'abscence de traitements des eaux usées ...

    5
    Lundi 14 Octobre 2013 à 16:40
    Romain@La Thailande

    Article intéressant, pour ça je dois dire que ma femme (Thaie) est très assidue. On a toujours des sacs de courses réutilisables dans la voiture (les grands sacs type cabas) De plus nous faisons le tri (et ma femme tiens à revendre même si je préférerai le donner à ceux qui en vivent...)

    Maintenant j'ai tendance à me dire que ça pourrait être pire quand on voit par exemple comment c'est au Vietnam (j'ai vu des "mers" de sacs plastiques...) Il est clair que la solution n'est d'autant pas facile qu'il y a d'autres priorités, l'éducation en est un bon exemple vu les bonnes réformes qu'ils auraient besoin, mais aussi tous les tracas liés à la politique...

    6
    Jeudi 17 Octobre 2013 à 17:45

    Ton article me fait penser à 2 choses que je me suis dit lors de mes séjours en thaïlande. La première est que comme tous, j'ai été frappé par le nombre de sacs plastiques qui bordent les routes, et je me suis rappelé qu'il n'y a pas si longtemps que ça, notre cher héxagone en était lui aussi bien pourvu, jusqu'à ce que les grandes surfaces prétextant des motifs écolos (beaucoup plus économiques qu'écolos) décident de ne plus donner gracieusement de multiples poches mais que le consommateur devait se responsabiliser et leur acheter un grand cabas (je voudrais bien savoir le nombre de bénéfices réalisés comme ça).

    La seconde est qu'il faut être un véritable explorateur pour trouver une poubelle dans les rues de thaïlande que l'on soit dans les coins les plus touristiques ou non. Donc avant de parler d'éducation il faudrait donner aux thaïs des moyens.

    7
    Samedi 19 Octobre 2013 à 07:40

    Merci pour vos commentaires,

    Tout le monde a donc sa petite idée pour tenter de donner un petit plus pour faire avancer l'affaire et c'est comme cela que l'on y arrivera...Nous n'avons qu'une seule planète, ne l'oublions pas !

    Jeff des rizières !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Samedi 19 Octobre 2013 à 13:45
    Nath'

    Hello !
    Je découvre ton blog du coup !
    Ces images de plastiques me foutent grave les boules car la Thaïlande est un très beau pays... Dire que je pensais que le Nord-Est était davantage préservé...
    Belle journée à toi

    9
    Samedi 19 Octobre 2013 à 15:32

    En effet, l'ISAN, comme je le dis dans mon article, connaît un boom économique sans commune mesure, qui engendre ce désagrément mais j'ai confiance, ils partent bon dernier de la classe et je pense qu'ils ne feront pas les erreurs que d'autres peuples d'autres contrées ont pu faire. Même si certains pensent que les gens de l'ISAN sont à la ramasse, ils comprennent très vite et sont près aux efforts nécessaire pour leur bien être ! je crois en eux !

    Jeff des rizières...

    10
    Lundi 4 Novembre 2013 à 09:34

    paysage rural est très similaire au Vietnam

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :