• Le SIDA en Thaïlande...État des lieux !

    Le SIDA en Thaïlande...À l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA, en hommage à tous ceux qui se battent journellement contre cette maladie, en hommage à tous ceux qui aident les malades dans leur vie quotidienne, en hommage à tous ceux qui cherchent une solution pour éradiquer la maladie, en hommage à tous ceux qui sont partis trop jeunes, en particulier toutes mes voisines et voisins de Ban Pangkhan, en hommage à ceux qui combattent les aprioris de sociétés récalcitrantes à l'encontre de ce fléau, je publie un article que j'avais publié l'année dernière et qui encore, hélas, est d'actualité aujourd'hui!

    [...]

    le Lundi 06 décembre 2010.

    Mercredi dernier, le premier décembre, alors que nous étions au sein de l'ambassade France à Bangkok,il était aussi le jour de la journée mondiale de lutte contre le SIDA.

    En Thaïlande, cette journée ne passe jamais inaperçu,car le pays a été touché de plein fouet par la pandémie dès le début des années 90.

    A ce jour plus de 600 000 thaïlandais en sont déjà morts et les estimations montrent qu'il y aurait actuellement encore plus de 800 000 thaïs séropositifs....

    Aujourd'hui encore 35 000 en meurt tous les ans.

    Par contre, la Thaïlande a évité le pire car le sida aurait pu devenir la première cause de mortalité au pays.

    En fait le mode de vie des thaïs et leur rapport au sexe aurait pu être le facteur d'une catastrophe annoncée.

    Les thaïs (les thaïes aussi) sont volages, la prostitution quoique officiellement interdite est très rependue et pas seulement dans les endroits répertoriés comme étant les hauts-lieux du tourisme sexuel où de nombreux occidentaux mais aussi chinois, japonais, malaisiens sans compter les hordes d’américains et hommes du moyen-orient, viennent chercher du sexe tarifé « discount ».

    Les bordels et autres karaokés, "salons de massage" et "salons de thé" sont nichés dans chaque recoin du pays et les thaïs en usent et abusent énormément.

    Cul (cul) turel ?

    Il y a aussi la prostitution masculine qui est très rependue, comme je le disais le rapport au sexe en Thaïlande est très « libertin », les gays et katoeys (travestis) sont légions dans tout le pays..

    Vous y ajoutez une population de toxicomane importante et vous avez le cocktail explosif pour que le sida fasse des ravages dans tous les coins du pays...en 1990, il y eu 120000 personnes détectées séropositives....

    Aujourd'hui j'oserai dire seulement 13 000 ! Comme quoi, les mœurs ont bien du changer au pays du sourire... Ou Durex et consœurs auraient fait des affaires au pays du sourire ?

    Les jeunes sont encore désormais la population la plus touchée, oubliant les risques que les plus âgés ont eux largement évalués !

    Comment ont-ils réussi à éviter le pire ?

    D'abord une volonté politique fut de mise très tôt, si la pandémie avait continué ainsi, les forces vives de la nation (la main d’œuvre bon marché) auraient été décimées et l’économie qui reste la préoccupation principale des dirigeants en place en aurait pris un coup dans l'aile, plus de main d’œuvre, plus d'investisseurs étrangers et oublié la volonté de devenir une nation tel la Malaisie ou Singapour !

    Alors ils ont commencé par la prévention !

    Record de la plus grand chaine de préservatifs !


    Campagnes de promotion et un suivi des travailleurs du sexe, avec l’imprégnation des esprits de l'usage du préservatif et cela a relativement été intégré dans l'esprit des filles et garçons de « la filière sexe ».

    Puis il y a eu la prise en charge des malades et très rapidement avec la mise en œuvre de programme de dépistage et de formation de médecins mais aussi de la fabrication de médicaments génériques à usage pour la trithérapie (ils ont été les premiers à « craquer » les licences des grands laboratoires pharmaceutiques) .

    Malgré tout le coût restait élevé même si cela coutait 10 fois moins cher qu'en occident... Un traitement pouvait représenter plus de 30% d'un salaire mensuel..

    Alors MSF (médecin sans frontière) a mis le paquet en distribuant les traitement et très rapidement le gouvernement a mis à disposition gratuitement (en 2003) le traitement.

    Ils ont aussi surtout mis en place le traitement des femmes enceintes pour empêcher le passage du virus de la mère à l'enfant...

    Certes les mères ont laissées de nombreux orphelins (près de 1 million) mais en bonne santé, pris en charge par leur famille respective mais comme les familles l'avaient toujours fait depuis les migrations des travailleurs vers les villes, principalement vers Bangkok.

    Bien-sur cela reste encore largement tabou de parler du SIDA, aujourd’hui.

    On ne crie pas sa séropositivité sur les toits (en occident de même d'ailleurs).

    Des gens ignorants ou des mauvaises langues, il y en aura toujours mais comme l'espoir de vivre plus longtemps rend optimiste on en parle plus facilement, les gens en trithérapies aident les nouveaux contaminés, ils parlent entre eux... L'espoir aide à vivre même avec sa séropositivité !

    Au village depuis que je suis installé tous les ans, trois ou quatre mourraient au village, qu'est ce que je dis, près d'une dizaine, une hécatombe !

    Aujourd’hui, on ne met plus les malades au fond de la maison tel des parias, quand il ne mourrait pas à l’époque dans des temples qui aidaient les malades à mourir dignement alors rejetés par leur famille.

    Certes, on meurt encore aujourd'hui mais l'age du décès a changé, désormais on meurt après 40 ans et plus et non plus à 25-30 ans.

    Les orphelins sont nombreux dans la rue MOO 4 de mon village, ils sont des ados désormais, espérons juste qu'ils ne reproduisent pas les comportements de leurs parents qui ne savaient pas (ils ne pourront pas dire qu'ils ne sont pas au courant désormais).

    Qu’ils sortent couverts car « le thaï spirit » masculin n'a pas vraiment évolué, on fornique sec en Thaïlande !

    La prévention avait quelque peu baissée, mais des journées comme le premier décembre permettent par l’intermédiaire des télévisions avec des « sortes » de Sidaction de rappeler que le sida tue encore.


    La Thaïlande a réussi à inverser la tendance, certes il y a encore de l’éducation, de la prévention à faire, le chemin est long mais si personne n'avait rien fait et même si c’était pour des raisons mercantiles !

    Si rien n'avait été fait, la Thaïlande serait aujourd'hui avec plus de 7 millions de personnes séropositives (15% d'une population qui aurait d'ailleurs commencée à diminuer) et avec déjà 3 millions de décès du à une maladie liée au sida...

    La copine de ma femme, au village, est heureuse de prolonger sa vie, même si les médicaments données gratuitement, d'anciennes générations, lui ont transformés son apparence physique (les hormones mâles que renferment ces médicaments), la plupart des potes de Oy à Bangkok, eux, n'ont pas eu la chance de nous dire la joie qu'ils avaient de vivre un peu plus longtemps, je les ai tous connus au début de notre rencontre...ils sont tous partis...Ils vivaient dans les quartiers populaires de Sukhsawat...Très loin de Pattaya, Silom et Nana

    Alors pour ceux qui auraient tendance à oublier de se couvrir le kiki, faites comme le premier ministre thaïlandais qui se couvre, sans peur du ridicule, mais se pare sans problème le crane d'un chapeau de préservatifs devant tous les médias thaïs, pour la bonne cause, juste pour dire à tous :

     

     

      "SORTEZ COUVERTS "!

    Paille Kheundheu...

    Ps: je n'ai pas voulu mettre des photos de malades heureux, vivant au village, que je connais, les tabous sont encore puissants ,ni des photos de ceux en fin de vie les médias traditionnels s'en chargent largement, cet article se veut juste un message d'espoir pour tous les gens qui de près ou de loin souffrent des conséquences de cette maladie. Les chiffres que j'avance, viennent de sources recoupées sur le net de ONUSIDA, MSF et ADVERT.COM.

    rapport 2010 ONUSIDA

    Postscriptum bis du 1er décembre 2014 :
    En ce premier décembre 2014, je mets en ligne trois rapports ONUSIDA : le premier concernant les objectifs de ONUSIDA, le deuxième sur l'état de l'épidémie dans le monde en 2013 et le troisième et dernier (en anglais) concernant la situation de la Thaïlande en 2014 :

    « Katmandou ! Freak street...Katmandou-Delhi : Un voyage au Tibet ? (Première partie) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    mylarêve
    Samedi 3 Décembre 2011 à 11:06

    Bonjour Jeff,merci de ton commentaire ,il m'a beaucoup touché,j'ai cependant mis mes articles HL car je tourne enfin la page d'une histoire qui finalement n'avait pas lieu de durer.

    Le Sida malgré qu'on soit dans une ère moderne ne cesse de se développer pourtant les gens savent ,ils sont suffisamment informés,mais il ya des maux plus forts que tout.Nous en France c'est le téléthon,je te souhaite une très belle journée,bizzz!!!!!

    PS:j'ai mis une fable chinoise sur mon blog,c'est bien écrit et tellement vrai.

    A bientôt!!!

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :