• le Jeudi 16 septembre 2010.

    Dimanche dernier, en écoutant le journal de TV5 (la chaine francophone de la planète pour reprendre leur slogan), un reportage évoquait le danger d'aller à la pêche lors des grandes marées...En France !

    Une pensée m'emmena alors du coté de Noirnoutier-en-l'ile où durant les quelques jours de ces grandes marées d’équinoxe, une déferlante de gratteurs de roches et de laboureurs de sables arrivaient sur les cotes de notre ile !

    Lors de ces gros coefficients cela permettait d'apercevoir des hauts fonds que l'on ne voyait jamais à marrée basse habituellement et aussi de craindre si le temps se détraquait, chose qui arrivait rarement, la rupture des digues et l'affalement des dunes, chose dont je fus témoin au début des années 90...

    Alors au fil de mes balades à vélo près des rivières entourant le village, je pensais qu'ici la marée n’arrêtait jamais de monter.


    Bouddha n'a toujours pas épuisé ses réserves lacrymales, il pleure le monde, vous me direz qu'il y a de quoi, pas un endroit où l’humanité ne souffre...

    Les digues de la Mae Nam Chi à 5 kms du village !


    la Mae nam Chi Noï au village !


    La Mae nam Yang vers Yasothon !


     Toutes les digues commencent à céder à de nombreux endroits.

    Certes, il faut de la pluie car bientôt il ne pleuvra plus pendant plus de six mois. Les réserves d'eau de pluie donc d'eau potable pour l'année sont pleines !


    Lorsque les rizières ne sont pas inondées, les brins de riz sont à la fête !

    Mais ce matin, un changement significatif est arrivé. La bataille des vents à débuter et cela sent la fin de la mousson...En effet ce matin, les vents étaient au nord et le ciel se chargeait de jolies cumulo-nimbus et vers le sud les nuages noirs de mousson se gardaient bien de pointer leur nez. Les températures étaient douces, 24degrés  et l’humidité était descendue à 70%,cela va durer encore un bon mois mais il y aura de l'alternance, des jours avec et des jours sans (de pluies bien-sur)!

    Oh ! Nous aurons encore des milieux d’après-midi avec ça :



    Je ne vous dis même pas le bruit, impossible de se parler

    (des fois, ça repose de ne pas parler ?)

    Donc le village est cerné, voyez la carte satellite et zoomez ici 

    LA CARTE

     

    Ban Pangkhan est une ile entourée d'eau douce !

    Alors, Noimoutier, une ile, la marée, on a même les bigorneaux des rizières (eh oui de tailles gigantesques et plein de sable et franchement moins bon aussi) (ça y est, là,le farang-ISAN a pété un câble, mais non, c'est véridique)

    On a même les bateaux mais ici grâce au haut niveau des rizières, ce sont les « krua kheng », les snake boat, tous les matins c'est entrainement...


    Il est passé trop vite sous le pont celui-ci.


    La saison des courses inter-villages longeant la Nam Chi a débuté, ils vont s'affronter dans des courses folles, espérant tous être les finalistes pour se rendre alors à Nongkaï sur le Mékong pour la grande finale inter-provinciale, il y aura alors plus de un million de spectateurs sur les berges (j'vous dis pas le bordel).

    Les rivières bien pleines permettent aussi de voir foisonner de nombreux petits élevages de poissons chats qui grillés feront le délice des papilles et je peux vous le dire les "pla deuk" petits comme ça, c'est excellent !


    Donc la mousson, ça a du bon...

    On en est pas là mais...

    Par contre la route, "c'est pas facile tous les jours"

    (la traversée de Ban Kwao à 5 kms de la maison, eh ! le duc d'Amnat, ça te rappelle un enlisement un certain soir, cela ne s'arrange pas non ?)

    Dessous, il y a du goudron, si si !

    Comme quoi la mousson ça ravine sec !

    PAILLE KHEUNDHEU...

    GLOU, GLOU, GLOU...POUSSES ! ON S'ENLISE !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique