• P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?

    P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?Lorsque mon fils, Tangmoo de son petit nom, Jeffrey pour l'état civil aussi bien français que thaï, sortit son premier mot, je cru bien que c'était le mot « papa », mais était-ce vraiment cela que j'avais entendu ! N'était-ce pas plutôt une bribe de mot lao, langage maternelle ? En fait, je crois bien que l'on entend bien ce que l'on veut bien entendre...

    [...]

    P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?Né en France pour des raisons, dirons-nous administratives, ayant ses premiers balbutiements de sa vie extra utérine en terre française, le contexte et l'environnement étaient donc propices au français! Mais sa mère avait une sacrée longueur d'avance, neuf mois, il était resté en son sein et ses premiers mois sur terre P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?presque constamment en sa compagnie, son père étant plutôt au travail, il parlerait tout d'abord et vraisemblablement lao...Il aurait pu aussi s'imprégner du langage privé que nous avons sa mère et moi, exclusivement compréhensible par nous deux, c'est-à-dire une sorte de mélange étrange de « franco-lao-thaï-ingliss », et il doit être le seul à comprendre, encore aujourd'hui, cette langue étrange, mis à part bien-sur ses deux parents...

    Au début sa mère avait d'ailleurs commencé à lui parler de temps en temps dans cette langue improbable, surtout lorsqu'elle voulait P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?me dire quelque chose par une feinte quelconque tout en s'adressant à son fils...Très vite, puisque dès ses quatre mois nous étions de retour au village pour passer l'hiver avant de revenir une saison supplémentaire en France, nous décidions que nous (nous, ses parents) parlerions à notre cher « louk krueng »(métis, moit-moit en thaï), dans nos langages maternelles respectives, ce qui ne l’empêcherait pas de s'imprégner de notre langage exclusif, car le petiot, ne l'oublions pas, avait (et à toujours d'ailleurs etP A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ? heureusement) des oreilles et un cerveau pour assimiler ce qu'il entendait...Si l'on prend en compte l'environnement audiovisuel, c'est-à-dire télévision et radio souvent allumer dans le vide dans de nombreuses maisons thaïlandaises, même en ISAN, la langue thaï devrait faire son chemin au sein des neurones du fiston, sans compter que dès ses premiers pas à l'école, on lui apprendrait coûte que coûte la langue nationale et fédératrice du peuple du pays du sourire !

    Je ne dirais pas que c'était un concours, mais je m'inquiétais plutôt sur la capacité que j'avais à lui faire parler et comprendre P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?la langue de Molière...Certains me diront : « mais pourquoi lui faire apprendre le français, puisque sa destiné est plutôt de vivre en Thaïlande ? ». C'est simple, d'abord, je suis français et je pense encore malgré tout que c'est une chance et puis le fait de parler une langue supplémentaire, même si cela ne lui servira peut-être pas vraiment, à part le fait de parler avec son père, c'est un atout, pour lui, pour sa culture, juste pour son enrichissement personnel...

    L'inquiétude de la propension que j'avais à lui faire parler le français est très vite passée, car naturellement, en même temps qu'il faisait l’apprentissage du lao, il parla français exclusivement avec moi ! Des « éponges », les mômes, capable très rapidement de commencer une phrase en lao en s'adressant à sa mère pour terminer cette même phrase en français en se tournant vers moi !

    Il est vrai que c’était un peu plus compliqué pour moi, étant la seule et unique personne parlant le français à des kilomètres à la ronde...Mais après, de nombreuses visites d'amis, des séjours en P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?France plus ou moins long dont un court séjour dans une maternelle de la république , des coups de fils et des visites de Papy et Mamie, les dessins animés de Walt Disney, TV5monde aussi qui tourne « du coté français » de la maison, le temps que j'ai à lui consacrer (si si , j'ai du temps de libre, hic...), ont fait que tout s'est fait naturellement...Tangmoo est parfaitement bilingue, voire trilingue si l'on y rajoute le thaï, qu'il pratique peu mais qu'il apprend à lire et à écrire désormais depuis plus de deux ans à l'école !

    Et l'anglais dans tout ça ? Vous allez me dire, de nombreuses personnes le disent bien, « avant dix ans, les gamins peuvent emmagasiner un maximum », après c'est plus difficile ! Je le vois bien avec moi-même où le thaï puis le lao a mis du temps, beaucoup de temps à être assimiler, et encore aujourd'hui, c'est loin d'êtreP A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ? parfait ! Je le vois aussi avec ma grande fille, élevée jusqu'à l'âge de dix ans en compagnie de son oncle Manot, aujourd'hui le français est pour elle une sorte de terre inconnue, peut-être n'y ai-je pas mis aussi tout ce que j'ai pu partager avec Tangmoo, même l'anglais, si elle le lit et l'écrit correctement, le parler relève plutôt d'un certain exploit, mais je mettrai cela sur le compte de la timidité, comme beaucoup de thaï qui ont du mal à l'exprimer, par la peur de « mal faire », par la peur de la moquerie, et puis il est vrai que je parle en lao-thaï avec elle, alors, on n'est pas sortis de l'auberge !

    Aujourd'hui, Tangmoo est donc parfaitement trilingue, et je pensais attendre qu'il apprenne correctement le phraser thaï avant de lui apprendre à lire et écrire français, je ne voulais pas qu'il mélange tout ! « Non, non », on m' a dit « tu peux commencer de suite, Tangmoo fera le tri lui même » !

    Casse la tienne, j'ai donc commencé, il y a deux mois, à lui apprendre à lire et écrire le français ! Sur les conseils de ma belle-sœur qui est instit' , dont je remercie le beau cadeau qu'elle nous a fait, c'est-à-dire tous les livres de CP que chaque enfant français de métropole se dote, j'ai débuté l'apprentissage...Le plus gros des livres est d'ailleurs celui que les instituteurs doivent assimiler pour leur expliquer la méthode, et je dirais que c'est plutôt moi qui ait eu du mal à remettre le nez dedans, mais comme on dit, avec un petit effort (ce n'est pas toujours facile par ici), cela l'a fait ! Si l'on y rajoute que je ne suis pas l'instit' mais le père, quelques recadrages étaient nécessaires entre le fiston et moi lors des leçons de français !

     

    P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?

    P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?

    P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ? P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?

    P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ? P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ? P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?

     

    Et l'anglais dans tout ça, oui venons en tout de même, parce qu'il faut parler l'anglais, le P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?monde tourne en anglais (certains le disent, pas moi!), enfin une partie du monde, mais là-dessus, j'ai ma petite idée...Il apprend quelques balbutiements de la langue de Shakespeare à l'école de Pangkhan, il arrive souvent avec des phrases toutes faites qu'il a entendu je ne sais où, il n'a pas l'accent, puisque lorsqu'il émet le désir de manger « un bifteck »comme dirait ma mère, il me dit : « Papa, je voudrais un steak » et non avec l'accent thaï : « Papa je voudrais un SETEAK »...Et puis lorsque le français sera lu et écrit, tous les dessins animés, qu'il connaît d'ailleurs par cœur à force de les voir et les revoir, on les passera en mode «English avec sous-titrage anglais ou français »... Et je remettrai mon tablier de « teacher » !

    Alors dans quatre ans, il parlera quatre langues, je ne sais pas si cela lui servira, il en fera bien ce qu'il veut, des fois que l'école française devienne un jour abordable pour les petits français non sponsorisés par de grosses multinationales, il ira peut-être au lycée français de Bangkok qui sait (il ira sans moi, « ça va pas, aller s'empêtrer à Krung Thep ! ») ; peut-être une école anglo-saxonne, du coté de Roi-Et, gérer par des sœurs ou des frères de je ne sais qu'elle obédience « calotinière », cela m'étonnerait, du moins de mon vivant ; l'école privée de Sélaphum ? Où là, on y va pour y être (enfin les parents montrent que leurs enfants y vont !), dans cette école, on leur apprend le chinois (mandarin?), parce que par ici, on le dit, le monde tournera bientôt en chinois...

    Enfin, tout cela lui servira au moins pour sa culture générale, enP A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ? attendant, il va à la petite école de Pangkhan, nullement parfaite, mais entouré de ses potes du village, d'instits' au petit soin ! Il n'est pas le premier métis, ne sera pas le dernier, dont l’apprentissage du multilinguisme et une jeunesse baignée de plusieurs cultures est de toute façon, une chance, que je n'ai pas eu et qu'il m'a fallu développer par les voyages et la rencontre de l'autre !

    Je vous dirais pour conclure, comme d'habitude, lorsque l'on se quitte  et Tangmoo pourrait vous le dire aussi comme suit  :

    Paille Kheundheu, au-revoir, bye bye, ลากอนนะ (·la_kõn¯na)  

    P A pa, P O po... Ou comment apprendre et entretenir le français en pays ISAN ?

     

    Ps : Ce récit n'est bien-sur en rien objectif et ma façon de faire n'est en rien exclusive, d'autres méthodes existent et sont sûrement toutes aussi valables ! D'ailleurs, pour ceux qui seraient confrontés ou auraient été confrontés à cette situation, vous pouvez la partager, en laissant un message dans le lien « commentaires »...Merci !

    Ps2: Pensez-vous qu'il soit légitime ou incongru qu'un enfant français vivant hors de métropole bénéficie des mêmes droits que ses petits compatriotes vivant dans l'hexagone ? C'est-à-dire, avoir le droit entre autre à la prime de rentrée scolaire, pour remédier en partie aux coups exorbitants de la scolarisation dans une école française de l'étranger ( dans ce cas là, la prime n'y ferait pas grand chose, vu les tarifs pratiqués-plus de 4000 euros par an dès le CP- seuls les enfants d'expatriés travaillant pour de grosses multinationales ou d'enfants de diplomates y ont accès) mais simplement pour soutenir les frais de scolarité élevés dans des établissements où l'instruction est de qualité (en ce qui concerne Tangmoo, ce sera sûrement pour son entrée au collège)...Un petit français expatrié ne vaut-il pas un petit français de France ?

    « À travers la mousson, vers les rives du Mékong!La splendeur de la rizière ! »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 21 Juillet 2012 à 03:12

    Très bel article, fort intéressant et juste. Je suis dans la même histoire avec mes 2 enfants et ils apprennent le thai, l'anglais et le français en même temps.On se comprends c'est le principal...

    2
    Samedi 21 Juillet 2012 à 03:16
    Un sacré boulot ? Mais tellement intéressant !
    3
    Narbé
    Samedi 21 Juillet 2012 à 08:06

    Bonjour, j'avais déjà entendu dire que c'était bien que chaque parent parle dans sa langue. Pour le moment notre fille a 14 mois et ne dit que quelques mots à elle. Dans notre coin ils parlent le Khmer entre gens du village. Merci de ton expérience et à bientôt.

     

    4
    beurtheret
    Samedi 21 Juillet 2012 à 08:59

    mamie et papy sont fiers de tangmoo receptif a souhait a plusieurs langues.bravo a l,equipe pedagogique.bisous a tous les 4.

    5
    Samedi 21 Juillet 2012 à 09:49

    Bernard, l'important, je pense, est que dès "la sortie sur terre"de son bijou de progéniture, chaque parent doit parler dans sa langue, l'enfant enregistrera le son, les sons, les syllabes etc... Lorsque ses premiers mots sortiront, il saura automatiquement comment s'exprimer avec son papa ou sa maman ! Que ce soit Khmer, lao, lana, thaï ou français...Voire, martien...555

    A mamie & papy, je savais que vous êtiez fier de votre petit fils, et comment !

    Jeff

    6
    Chris999
    Samedi 21 Juillet 2012 à 13:14

    Une complexité de plus avec la perte du latin et du grec. Et donc de l'origine des mots !

    Pour le français ajouter aux livres de l'instituteur " Latin 5ème 2010 " auteur J.Gaillard, aux Editions NATHAN. ISBN 2091712434 - EAN 978-2091712437

    7
    Samedi 21 Juillet 2012 à 16:52

    Et pourquoi pas le sanskrit tant que l'on y est...Je te rapelle que Tangmoo vient de fêter ses 6 ans...De plus, il y a des personnes qui s'expriment très bien en Français sans connaître le latin ni le grec, certes cela peut servir, mais très peu sont ceux qui le maîtrisent en parlant aussi le thaï, le lao et j'en passe ! Laissons le temps au temps !

    Carpe diem !

    Jeff

    8
    Chris999
    Samedi 21 Juillet 2012 à 17:41

    Moi non plus, je n'ai pas la science infuse ! A mon grand regret, j'ai étudié le latin seulement deux ans et demi et au collège.

    Le livre de Latin cité était pour affiner la pédagogie de l'institeur et non pour Tangmoo.

    Par mon commentaire, je voulais seulement et simplement faire prendre conscience de la complexité de notre temps où il nous faut connaitre un maximum de choses pour pouvoir nous intégrer mais sans réellement les maîtriser totalement...

     

     

     

     

     

    9
    franck m
    Samedi 21 Juillet 2012 à 18:52

    bonjour,

     

    je voudrai savoir si tu as réussi à ce que certain thai parlent quelques mots de francais car ca se serait tres fort .....je dirai meme 1 bel exploit

    continus les histoires issan car ca me fait du bien de lire la rai vie loin de notre stress banlieusard.

    10
    quitedira
    Samedi 21 Juillet 2012 à 19:54

    Bel écrit, je ne suis jamais déçue avec toi...
    Oui, nous le constatons chaque jour, l'enfant mis en contact tôt avec différentes langues développe cette habileté plus facilement que les autres, donc c'est une bonne chose que chaque parent parle à l'enfant dans sa langue maternelle... l'apprentissage d'une 3° langue vient plus facilement et ainsi de suite. J'ai des nièces qui ont appris à la maison, anglais français et italien et l'une d'elle parle maintenant 8 langues simplement à cotoyer les copains à l'école... eh oui nous vivons dans une société multiculturelle...

     

    11
    Samedi 21 Juillet 2012 à 23:37

    Je souscris totalement à la necessité du statut univoque de chaque adulte avec un enfant,facteur de développement multilingue .Ma femme Vietnamienne et moi Français nous l'avons appliqué et notre fils maintenant à 25 ans parle français et vietnamien comme langues maternelles  allemand,anglais , chinois comme langues apprises et maitrisées avec en perspective le japonais...

    12
    Dimanche 22 Juillet 2012 à 02:22

    Bonjour Christian,

    je me disais aussi... En effet moi aussi , j'ai fait du latin , il y a bien longtemps et je ne pense pas qu'il m'en reste grand chose, peut-être une certaine idée de l'école, de la langue française, mais je ne suis pas non plus nostalgique . En ce qui me concerne, je pense qu'il est trop tard (comme le disait pourtant mon grand-père, "il n'est jamais trop tard pour bien faire") mais... Et puis la complexité du monde d'aujourd'hui remplace sûrement une complexité , une autre, celle d'une autre époque. Je pense que chaque époque a son lot de problème. Essayons juste de coller au temps présent, peut-être pas de s'intégrer completement, juste etre dans "le mouvement",  simplement !

    Amicalement ! Jeff

     

    13
    Dimanche 22 Juillet 2012 à 02:33

    En effet Quitedira, vous, québécois, vous êtes sûrement bien placés pour parler de la difficulté de la complexité du multilinguisme, confrontrés à une société multiculturelle telle que la votre, d'autant plus que vous êtes aussi confrontés à l'hégémonie de la langue et de la culture anglo-saxonne, développant à chaque instant des efforts pour conserver "votre francophonie", votre identité culturelle !

    Jeff

    14
    Dimanche 22 Juillet 2012 à 02:49

    Bonjour Frank,

    Merci de tes encouragements pour les articles de mon blog, mais l'environnement en ISAN est propice à l'inspiration, sûrement plus adéquat que ta banlieue !

    En ce qui concerne l'apprentissage du français par les thaïs, ma femme baragouine quelques mots mais si elle avait vécu en France, elle le parlerait vraisemblablement correctement. Je ne pense pas qu'ils soient plus ou moins affublés d'un poil dans la main plus grand que le notre... Ils sont pragmatiques, si cela ne leur sert pas, s'il ne voit pas la nécessité de se forcer, ils ne font pas l'effort d'apprendre ; ils sont comme beaucoup du commun des mortels ! Malgré tout, certains comme partout dans le monde, sont curieux et d'autres moins que les autres !

    Jeff

     

    15
    Dimanche 22 Juillet 2012 à 02:56

    Bonjour Stengel,

    Par ton témoignage, tu me permets donc d'entrevoir ce que sera peut-être mon fiston dans quelques années ! Pour les autres langues, dont je félicite ton fils de les parler, on verra...Ou, qui vivra verra !

    Cordialement, Jeff

    16
    hugues
    Dimanche 22 Juillet 2012 à 12:38

    Qu'il est difficile d'apprendre le français... j'essaie d'inculquer quelques balbutiements de la langue de Molière à mon amie, en vu de sa venue en france dans 18 mois. 

    Je souhaiterai qu'elle puisse prendre des cours sur Surin mais nada aucune école aucun tuteur.

    Remarquez j'ai le même soucis en France, suite à ma récente mutation en région parisienne je pensais pouvoir avoir accès à des universités ou j'aurais pu commencer à apprendre le thai en cours du soir, pas plus de réussite que dans mon berry natal, les seuls cours que j'ai pu trouver sont dispensés par "la maison de thaïlande" mais à 40 euros l'heure de cours je trouve cela un peu fort de café...

    Jeff, auriez vous quelques idées afin que mon amie Lek puisse avoir quelques bases de français depuis la thaïlande, ainsi que quelques pistes pour que j'apprenne la langue thaï sur Paris?

    Je vous en remercie par avance.

    17
    Chris999
    Dimanche 22 Juillet 2012 à 14:02

    En sortant du contexte quoique et pour prendre le titre de cet article à la lettre ne serais-tu pas Gainsbourien ?

    Je n'ai pas dit : < Le Titre de la lettre > qui est une autre lecture.

    18
    Dimanche 22 Juillet 2012 à 14:13
    Bonjour Hugues, J'ai eu le même soucis pour ma femme l'année dernière lors de sa demande de nationalité française qui a d'ailleurs été refusée par manque de maîtrise de la langue française, sur Roi Et ou Surin, il faut oublier, seulement par l'intermédiaire de l'alliance française de Bangkok, à des tarifs corrects, l'apprentissage express de la langue française par des cours méthodiques est possible( ce qui obligera Ta Dame de rester quelque peu sur BKK...Pour Paris, et apprendre à parler le Thaï, je ne sais pas, cela fait trop longtemps que je suis loin de France mais j'opterai avec la méthode UTUBE(dans mon blog, colonne de droite) et quelques bouquins, sinon par les forums pour demande d'information, celui de mon blog thai-issan forum peut-être ou d'autres forums (je ne pratique pas trop ce genre de discussions) ,certains fans de la Thaïlande pourront peut-être te renseigner...Bon courage à toi... Jeff PS: je viens de remarquer que tu (vous) me vouvoies et moi je te tutoie, j'espère que tu ne m'en tiendras pas rigueur ! Sinon, pour ta compagne, cela vaut vraiment la peine de passer un peu de temps sur BKK, même si les frais seront là, elle aura vraiment le plaisir de vraiment progresser ! Ma femme et moi n'avions pas vu la nécessité de la faire et résultat bien qu'elle parle le français "A QUE", le niveau n'était pas suffisant à entendre les pontes de la commissions parisiennes d'acceptation de la nationalité, pour ta dulcinée, ce n'est qu'un visa je suppose mais il vaut mieux mettre tout de son coté !
    19
    Lundi 23 Juillet 2012 à 01:16

    A Chriss...555

    20
    Mardi 24 Juillet 2012 à 23:38

    Sawadee krap,

    Article à classer “d’intérêt public” pour les candidats pères au pays du sourire.

    Ps : Si l’homme était moins c.., ou plus intelligent (histoire de verre) il aurait inventé une langue universelle.

    21
    Mercredi 25 Juillet 2012 à 00:36

    Merci cher ami,

    Mais la tour de babel s'est écroulée depuis longtemps, alors l'homme fait avec !

    Jeff

    22
    Chris999
    Mercredi 25 Juillet 2012 à 22:04

    Et ils sont seulement deux millions d'espérantophones de par le monde.

    La solution idéale : un traducteur universel audio avec transcription visuelle et multilingues sur écran au format d'un GPS.

    Mais si vous avez connaissance d'une méthode d'apprentissage efficace et instantanée de la langue thaïe, je suis preneur !

    23
    franck m
    Samedi 28 Juillet 2012 à 18:07

    bonjour jeff,

    pour faire suite à ton message d info pour hughes, il y a 5 ans ma femme dans l attente de son visa a pris des cours de francais a l alliance francaise a bangkok ( c etait pas la panacée mais cela donne les premieres bases.ensuite 1 fois en france l ideal est les associations ou beaucoup d anciens profs donnent des cours presque gratuit .

    pour des cours de thai, je sais que chaque departement a des traducteurs officiels pour les documents et qui souvent peuvent aussi donner des cours personnels ;le prix est  souvent acceptable .

    voila comment nous avons fait au cours de ces 5 dernieres années et maintenant mon épouse continue toujours les cours pour se perfectionner et pense meme bientot se mettre a l anglais ....

    franck

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    24
    Dimanche 29 Juillet 2012 à 11:33

    Bravo Franck et merci des renseignements...

    Jeff

    25
    JD
    Dimanche 19 Août 2012 à 08:10

    Merci Jeff pour cet article tres interessant.

    Pour ma part, j'ai eleve ma premiere fille (qui a desormais 23 ans) en Isan tout en lui parlant le francais et en l'envoyabt chez sa grand mere en Suisse pendant les vacance. Elle parle plutot bien le francais pour avoir une conversation normale. Je l'ai envoye dans les meilleures ecoles a Udon Thani, puis Trang et Petchaburi, jusqu'a l'universite Dusit a Hua Hin.... Seulement, elle a rien appris a part l'hymne national et faire des jolis "wais"! Peut-etre qu'elle n'etait pas tres bonne eleve, mais quand le directeur me dit qu'il n'y a rien a apprendre (veridique!), mais qu'il suffit d'etre present aux cours et aux activites et surtout d'avoir une tenue vestimentaire irrprochable pour passer, ca me laisse pantoit!!!

    J'ai encore 2 petits de 2 et 4 a elever et je me pose beaucoup de questions quand je vois le niveau de l'education ici. Je pense donc au "home-school" a partir de 6 ans. C'est a dire trouver un prof ou etudiant etranger et leur faire faire des cours par correspondance (internet), plutot. Je penses suivre un programme anglais, car le francais ils le sauront de toute facon et ainsi, je trouverais plus facilement eventuellement d'autres personnes pour partager ces cours... Si quelqu'un a des ideees?

    Je pourrais continuer des heures sur ce sujet, parce que c'est une des choses qui m'inquiete le plus ici....

     

    JD

     

     

    26
    Dimanche 19 Août 2012 à 09:11

    Bonjour Jean Daniel,

    En effet, nous pourrions débattre encore et encore sur le sujet, deux articles que j'avais écrit sur "l'éducation scolaire" en ISAN me laissait aussi perplexe sur sa qualité, école privée, école de village, école anglaise, lycée frnaçais etc...Je reste persuadé que la connaissance, parce que c'est bien de cela dont tu parles, devrait être acquise en grande partie à l'école ! je pense que, si on en a le temps, il est bien de s'en occuper au sein du foyer et puis la spécialisation sur tel ou tel sujet peut être acquise grâce à internet qui n'est pas seulement un outil dont on se sert uniquement pour jouer ou tchater...Il est vrai qu'en thaïlandais, ils disent bien "Len Internet", non ? Ce qui veut bien dire ce que cela représente dans l'esprit environnant...Je crois aussi que donner une éducation à ses enfants, ne se fait pas de la même manière si les parents sont jeunes et insouciants ou "plutôt murs", ce qui sous entend, une approche différente de l'éducation, une autre attention, des priorités qui ne sont pas les mêmes suivant l'âge "des tuteurs"...Je pense "pour l'avenir" que je m'en remettrai à moi-même sans oublier le role social de l'école, qui aujourd'hui, même en Thaïlande, a bien  du évoluer aux cours des années ! Espérons que ce n'est plus que le waï et l'uniforme propret, même si les traditions sont tenaces au pays du sourire !

    Voici les deux articles écrits en partenariat avec Alain & Robert du blog des petites et de la grande Histoire de la Thaïlande :

    Et si on retournait à l'école ?

    L'éducation en ISAN.

    Pour conclure, car il faut bien conclure, tu auras remarqué que ce sujet est un sujet sensible et qui tient à coeur, vu le nombre de commentaires qu'il suscite...

    Bon dimanche,

    Jeff

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :