• Retour en terre d'ISAN !

    Retour en terre d'ISAN !Depuis notre arrivée en ISAN, à Pangkhan, la pluie nous suit comme un fil à la patte ! Des trombes d'eau nous laissent présager d'une mousson précoce, mais les degrés sont là, les parfums de terres humides embaument l'atmosphère, nous ne pourrons nous en plaindre ! Nous pouvons même nous en délecter ! Oui, nous en délecter, car nous avons passé un mois en Bretagne sous le déluge, nous avons été copieusement humidifiés, écornés par le vent et, cerise sur le gâteau, totalement frigorifiés, un vrai dépaysement pour desRetour en terre d'ISAN ! « ISAN » en goguette, tellement habitués aux températures tropicales. Enfin « toutes les bonnes choses ont une fin » et la veille de la fin du règne de Sarkozy, nous partions de Paname sous une pluie sporadique pour rejoindre la cité des anges, Bangkok, via Colombo.

    A Paris, nous passions deux belles journées en bonne compagnie, allions dîner (comme dab') lors de la première soirée au Sukhothaï, rue Custine, XVIIIème, escale obligée, où la cuisine thaïe est vraiment au top du top.

     

    Retour en terre d'ISAN !

     

    « PUB » :

    Sans détour, je vous le conseille, un pur moment de bonheur ! Manager de Khon Kean (charmante), cuistot de Sukhothaï, serveurs ISAN, cuisine hors paire, si vous ne connaissez pas, hésitez sur les plats, accompagnés d'un thaï pour la commande , c'est mieux, mais si vous êtes seuls et sans connaissance de la cuisine du pays du sourire, faites confiance au serveur, demandez, poissons ou viandes, en soupe, en salade, du aigre, du amer, du doux et du fort, du grillé, du frit  et vous serez... Une pure merveille ! Réservez, sinon...

    Une deuxième soirée nous permettait de rencontrer C., du virtuel à la réalité, comme quoi cela arrive ! Puis toujours sous une bruine latente, nous rejoignions Roissy CDG, pour embarquer vers l'est, l’extrême orient, la Thaïlande, la boucle était faite, il était temps de rentrer chez soit !

    [...]

    Je ne reviendrais pas sur la Srilankan Airlines, trois articles plus tôt, on en parlait déjà, Retour en terre d'ISAN ! un personnel accueillant ne fait pas tout ! Le voyage devait se faire en deux temps, jusque là, rien d'anormal, mais...Un énorme trou d'air (une pensée pour M.), un comme ceux que l'on se rappellera toute notre vie nous attendait lors de notre descente vers Colombo et heureusement que nous étions en phase d’atterrissage, c'est-à-dire tous attachés, car deux hôtesses qui terminaient de ranger le fourbis furent ramener vers le plafond de la carlingue alors que tous les passagers crièrent comme un dernier cri avant les portes de l'au-delà ; mais cela aurait pu arriver avec n'importe laquelle des compagnies d'aviation sillonnant la planète, mais cela restera dans notre inconscient, associé définitivement à la Srilankan Airlines, oups...Enfin, nous ne sommes pas morts puisque je vous écris encore aujourd'hui avec vue sur mon jardin verdoyant de l'ISAN ! Un petit mot pour les deux hôtesses qui purent nous prodiguer malgré tout leur AYUBOWAN (sawadee), les mains jointes sur la poitrine...Plus de peur que de mal !

    Retour en terre d'ISAN !Nous arrivions donc à Bangkok sans encombre, quittions A. et sa petite famille qui lors du voyage était venu vers moi, timide et réservé, pour me demander si j'étais bien Jeff de Pangkhan, celui du blog (il y en a un autre ?)...Comme quoi, le monde est petit... (Oh Jeff ! Les chevilles). À la sortie de l'aéroport, la cité des anges et sa chape de plomb nous accueillait les bras ouverts, enfin du chaud, bien humide, comme on aime...Chemises trempées et jambes lourdes, embouteillages chroniques, foule à tous lesRetour en terre d'ISAN ! coins de rue, nous y étions. Un petit stop du coté de Huay Kwang, quelques tours de marché, un bon Somtam, une cuisse de poulet grillé, du riz gluant, une bière Chang, un tour au Far-West en compagnie de H., une rencontre fortuite au hasard Retour en terre d'ISAN !d'un bistrot, celle avec Luciano, restaurateur à Hua-Hin ! On était vite remis dans le bain !

    Et puis, parce que l'aviation avait fait son retour en province de Roi-Et, nous partions vers l'ISAN, très tôt, 6h00 du mat', accompagnés de la pluie, bien-sur !

     

    Retour en terre d'ISAN !

    Dong Muang, l'ancien aéroport international a ré-ouvert après les inondations de l'hiver dernier, les coucous de Nok Air, compagnie à bas coût sont en place, décollage impeccable, toujours dans le gris !

    Retour en terre d'ISAN ! Retour en terre d'ISAN ! Retour en terre d'ISAN !

    A l'approche de l'ISAN, la région de Kao Yaï,comme quoi il reste des forets en Thaïlande, certes très peu, mais...

    Retour en terre d'ISAN ! Retour en terre d'ISAN !

    Dans la carlingue, c'est plutôt "low cost", gobelet d'eau rikiki et sandwich raplapla  qui détrônerait pour sa misère, le fameux sandwich SNCF de Renaud !

    Retour en terre d'ISAN !Retour en terre d'ISAN !Retour en terre d'ISAN !

    L'ambiance est bonne tout de même, eh ! Une heure et demi de trajet au lieu de douze heures de minibus ou bus tout court !

    On pose pour la postérité !

     

    Retour en terre d'ISAN !

    Le ciel se charge, ça se précise !

     

    Retour en terre d'ISAN !

    Après avoir troué les nuages, nous découvrons un puzzle, une mosaïque de rizières, nous y sommes presque !

    Retour en terre d'ISAN ! Retour en terre d'ISAN ! Retour en terre d'ISAN !

    Retour en terre d'ISAN ! Retour en terre d'ISAN !

    Une heure et demi de vol plus tard, grâce à « un tagazou à hélices » de 29 places, ISAN, nous arrivons !

    Retour en terre d'ISAN ! Retour en terre d'ISAN !

    Retour en terre d'ISAN ! Retour en terre d'ISAN !

    Roi-Et tarmac, sans encombre !

    Retour en terre d'ISAN !

    Et après l'atterrissage ?

    À lire la semaine prochaine avec le retour de la « Gazette de Pangkhan » !

    Depuis un gros mois, qu'à t-il bien pu se passer au village du « Farang-Isan » ?

    Les pipelettes du quartier ont-elles bien fait le boulot ?

    Paille Kheundheu !

    « En terre gauloise ! Second (dé)tour...La gazette de Ban Pangkhan (12). Du 2/04 au 18/05/2012 »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Chris999
    Dimanche 13 Mai 2012 à 01:13

    Jeff te voilà une personne publique Heureusement pas de problème de paparazzi car tu es ton propre photographe.

    Pour l'histoire du trou d'air. Je l'ai vécu aussi lors d'un vol retour avec KLM depuis la Thaïlande. Des turbulences dans le ciel entre Amsterdam et Paris. Ce 7 décembre 2011 vers 6h30 du matin, les lumières des cabines ont été éteintes. Une ambiance de fin de monde dans une carlingue vombrissante. Tous les passagers et passagères en majorité néerlandaise ont retenu leur souffle. Trois quarts d'heure après l'atterrisage, une pluie torrentielle sur nos têtes à CDG avec des températures sibériennes nous enveloppant . Bienvenu au pays de la grise mine !

    A te lire Nok Air c'est pas dans l'air ! Dommage que Bangkok Airways ne désserve pas Roi-Et

     

     

    2
    Chris999
    Dimanche 13 Mai 2012 à 12:05

    A la relecture de mon commentaire. Une petite coquille sur l'heure, lire 7h30 du matin. Et en ajout, les vents en vol étaient bien cisaillants durant la traversée de ces éprouvantes turbulences. Mais pour autant le verbe desservir n'a nullement besoin d'être renforcé par un accent aigu. Désolé !

    3
    Dimanche 13 Mai 2012 à 14:55

    Non non, Nok Air, ce n'est pas si mal, faut-il savoir qu'il y a peu, nous n'avions plus d'aviation en terre de Roi Et, alors , ne nous plaignons pas !

    A bientôt au pays de la mine radieuse !

    Jeff

    Ps: Eh...pour les accents, "pa râve" !

    4
    hugues
    Samedi 2 Juin 2012 à 20:33

    Bonjour,

    Où atterissez vous en isan?

    Mon amie habite Surin, généralement je me rends chez elle en bus. entre 6 et 8 heures de route selon le traffic... trop souvent 8.

    s'il y avait une possibilité en avion j'essaierai bien.

    Merci de votre réponse.

    5
    Dimanche 3 Juin 2012 à 02:55

    Bonjour,

    en atterissant à Roi-Et vous serez à cents bornes quarante bornes de Surin, ensuite il y a des bus toutes les heures ou voire le taxi( 1000-1200 baths) mais vous avez aussi la possibilité d'attérir à Buriram, IDEM pour la distance ! Ces deux destitations sont désservis par Nok Air , départ de Don Muang...

    Cordialement, Jeff

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    6
    hugues
    Dimanche 3 Juin 2012 à 11:16

    merci beaucoup pour ces renseignements.

    Buriram est en effet à 30 minutes de muang surin.

    Je vais aller sur le site de NOK AIR pour voir les vols lors de mon prochain séjour.

    Cordialement

    7
    Chris999
    Vendredi 30 Novembre 2012 à 23:39

    Pour parler des compagnies lovv cost présentes en Thaïlande et pour me rendre à Chiang Mai en janvier de l'année prochaine, j'ai choisi faute de mieux Nok Air. Mon idée première s'était portée sur Orient Thai Airlines ( ex One Tovv Go ) mais des problèmes financiers récents de cette compagnie aérienne ne permettent plus de réserver au delà du 7 janvier 2013 sur Internet.

    J'ai essayé aussi avec Air Asia mais des frais cachés m'ont vite fait d'abandonner la confirmation de la réservation.

    Donc avec Nok Air  et pour me rapprocher des services  de la Bangkok Airvvays ( dont les vols ont été maintenu sur Suvarnabhumi avec un service nikel de métro express soit en trajet direct ou d'omnibus vers Bangkok ), j'ai payé 2,000.40 Bahts ( soit juste 150 THB d'économie par rapport à un vol en VVeb Promotion ou VVeb Saver sur BangkokAir.com ). Je voulais découvrir ce sacré aéroport de Don Muaeng alors j'ai maintenu ce choix d'un vol soit disant lovv cost avec Nok Air. Mais Don Mueang étant devenu entretemps un aéroport régional, les lignes de bus express pour rejoindre la capitale ont disparu. Il me faudra alors compter en 2013 seulement sur les taxis. Bonjour le stress !

    Nota : le MRT ( exemple : station de Lak Si programmée ) devrait être prolongé non loin de Don Muaeng d'ici l'année 2014.

    8
    Samedi 1er Décembre 2012 à 00:45

    Salut Chriss,

    Il y a des navettes de bus entre Suwanabhumet Don Muang, à prendre au niveau des départs taxi meter...Voir le lien dans la colonne de droite, "arrivée et départ" de l'aéroport Suwanabhum ou Don Muang ! Happy Air (comme par exemple pour venir et repartir de Roi Et) continu ses départs de l'aéroport international...Et puis Thaï Airways part toujours de Suwanabhum, Non ? et puis le taxi, pourquoi le stress ?

    Jeff

    9
    Chris999
    Samedi 1er Décembre 2012 à 02:24

    Là, je parle d'une expérimentation depuis les " terres " de Thaïlande. De l'aéroport de Chiang Mai à celui de Don Mueang en vol direct.

    Comme passager en solo sans être un routard avec sac à dos ( un Backpacker ), dans un taxi, j'ai toujours les yeux rivés sur le compteur car le porte-monnaie c'est moi. Et en Thaïlande, je suis maintenant un farang issu d'un continent victime d'une crise financière. En 2012, 1 € = 39 THB et non plus 50 THB comme encore en 2009. Et il ne faut pas se méprendre, le coût de la vie en Thaïlande a réellement bien augmenté en 2012. Donc des vacances plus chères pour les touristes !

    Alors indirectement radin et généreux à la fois suivant les circonstances !

    10
    Chris999
    Samedi 8 Décembre 2012 à 00:40

    Information de dernières minutes concernant ORIENT THAI Airlines : reprise des vols vers Bangkok. Actuellement, promotions depuis Chiang Mai et Phuket à partir de 1,299 THB !

    Publicité

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :